La nouvelle version de Frostfall est arrivée ! Rendez-vous dans ce sujet pour en savoir plus.
Avis aux nobles, n'oubliez pas de recenser votre maison ici, si ce n'est déjà fait.
N'oubliez pas de voter pour Frostfall sur les top-sites une fois toutes les deux heures ! Plus on a de votes, plus on a de membres.

Partagez | .
 

 Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Perle de Nacre

avatar
Perle de Nacre
Afficher
ARRIVÉE : 26/03/2014
MURMURES : 725



MessageSujet: Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence   Mer 26 Mar - 19:30



   

Jora Ebonhand



     

Jeux des apparences

Que la grâce des dieux t'accompagne, Jora Ebonhand, Fille du Midi. Que leur clémence te préserve des complots et de la périlleuse valse des poignards, toi qui a déjà affronté vingt hivers et s'en est sorti indemne. Que tu sois héritière légitime du Trône de Jais ou simple vagabond, sache que c'est d'un œil intrigué que te jaugent les rois et les reines de jadis, passant tes jours au fil d'une rapière qu'on appelle Jugement. Puissent les augures du mois de juillet t'apporter prospérité et bonne fortune et puisse tes congénères d'Ibenholt t'apporter leur appui et leur soutien dans les intempéries. Souhaite que ton statut de noble t'empêche de glisser dans le gouffre de l'oubli et puisse ton cœur éperdu de célibat trouver libération dans les neiges des Terres du Nord. Bienvenue au Cimetière des dieux, bienvenue sur Middholt, bienvenue sur l'échiquier...

   

Jeux des ambitions

Moralité : L'iniquité ceint sa gorge tel un carcan oppresseur, écartelée par les chaînes d'une captivité inexorable et l'héritage purpurin qui flue dans ses veinures, appelant à ce que l'hoirie revienne à qui de droit. Et de droit, n'embrasse que le minois en courbes juvéniles de la dernière Ebonhand encore en vie. Ce n'est point seulement le conte d'une princesse aux tribulations vives, c'est l'histoire d'une famille, d'une dignité immémoriale qui a jadis façonné le monde. Ce sont des légions de spectres ancestraux qui dansent en vortex autour de leur unique descendante, autour de ce qui demeure encore l'oriflamme de la Main Blanche. Chair de haute naissance, enfant de l'un des plus augustes patronymes des Cinq Royaumes, Jora a toujours su que sa destinée serait inusuelle, comme tous ceux qui voient le jour sous des conditions sine qua non. Ses moeurs auraient dû être forgées à ce but, de faire prospérer son nom, que ce soit en étant le parfait simulacre d'une épouse ou tout autre chose. Mais elle a trop longtemps été ce joyau sans commune valeur que l'on préserve et admire parmi d'autres trésors, et si elle n'est pas en-deçà de l'intelligence, elle sait que son apprentissage est loin d'être fini. Bien au contraire, si elle s'était pensée épanouie en ces temps où elle musardait dans la cour au bras de son père, les deux dernières années écoulées lui ont fait comprendre qu'elle n'est encore qu'un chaton dans une fosse aux lions. Abandonner les miaulements innocents au profit des rugissements conquérants. Abandonner les balancements de moustaches mignards et dévoiler les crocs affilés sous les joliettes babines. Abandonner la docilité d'un félin domestique pour se transfigurer en fauve belliqueux. Elle l'a compris. Elle doit le comprendre. La probité et la candeur ne la mèneront qu'à sa propre perdition. Devra t-elle devenir le simulacre d'un tyran ? Elle, qui a toujours été sur la rive de la commisération, qui a toujours prôné la concorde des peuples et contrées, ne l'espère point. De tout son coeur, elle ne veut pas en arriver aux mêmes extrêmes que feu Hulgard, et teindre l'Aube en un rouge meurtrier. Mais elle sait aussi que les choix seront ardus, et que les sacrifices seront inéluctables. Jusqu'à présent, ses décisions s'étaient résumées aux atours qu'elle porterait aujourd'hui et demain, et dans quel opuscule elle se plongerait pour oublier qu'elle était une oiselle en cage dorée. Elle, que l'on avait toujours empêché de grandir, doit désormais faire face non plus comme une fillette, mais comme une dame – comme une héritière. Elle se demande si elle devra puiser l'inspiration dans ces ouvrages qui ont cadencé son existence, ces livres d'Histoire, de malheurs et de merveilles, pour être apte à écrire la sienne. Prétendre qu'au revers de ses mimiques altières, elle ne craint rien, serait l'euphémisme d'un mensonge. La détermination n'empêche pas l'appréhension, voire pire. Elle ne sait plus si gens qui lui sourient sont sincères ou benoîts, c'est tout un univers dont elle est l'épicentre qu'elle se doit de rebâtir au mieux et au plus vite. Jora est en phase de transformation, dans sa chrysalide fragile, et elle est la première à ignorer quelle créature ressortira du cocon une fois que viendra le temps de l'éclosion. Privilégier la bonhomie épurée à l'arrivisme altéré, sculpter un amalgame harmonieux des deux notions... Ceux qui croient en elle la disent nitescence salvatrice dans les ténèbres, elle est le symbole d'un espoir que quelques-uns ont perdu, mais pour lequel d'autres lutteront. Se bat-elle pour eux... ou pour elle ?

   Allégeance : Jorkell n'est qu'un parvenu. Un de plus. Elle a exécré son géniteur pour s'être baigné dans le sang d'innocents et fait rimé couronnement avec génocide. Elle n'épargnera pas l'Usurpateur de son fiel intrinsèque pour avoir été le plus retors, bien au contraire. Un cantique vindicatif résonne dans le crâne de la sylphide lorsque ses mirettes azurines s'égarent sur l'imposteur qui siège sur le Trône de Jais. En plus d'avoir été un élément substantiel de l'innommable croisade contre le roi Kalanar, il s'est tapi dans la pénombre, patient, becquetant les macchabées d'une guerre d'intérêt en attendant que l'opportunité rêvée se présente. Il n'aura fallu qu'un signe de précarité, un monarque souffreteux et incapable de manier l'estoc comme il en avait l'habitude, pour que tout s'écroule. Elle l'a vu, de ses yeux vu, occire celui pour lequel elle avait été une galaxie entière. Celui qui l'avait aimée comme aucun autre homme ne le ferait jamais. Celui qui avait sacrifié son honneur, pour eux. Pour Elle. Désormais, c'est elle qui se languit de cette utopie où la tête du corbeau finira sur le billot. Jora n'est pas sotte, elle sait qu'Hulgard en aurait fait de même si les rôles avaient été inversés, et elle est la première à reconnaître l'habileté sépulcrale du Ravncrone. Elle est apte à prendre suffisamment de distance émotionnelle pour, à travers l'assassin de son père, distinguer l'homme de talent duquel elle aurait beaucoup à apprendre. Elle s'interroge, la belle encore de ce monde alors qu'il serait si aisé de lui ôter la vie. Jorkell brûle d'un intérêt inintelligible pour l'Ebonhand, peut-être parce qu'elle aurait dû devenir sa seconde épouse, selon les termes d'un contrat brisé. Elle pourrait s'adoucir, si seulement il ne posait pas séant sur son trône. Qu'importe, qu'il la tienne sous son joug, elle n'en omet pas qui elle est et qui elle souhaite être. La royauté est initialement vouée à coiffer sa tête, en corrélation avec les lois du royaume, et en mémoire d'ancêtres qui ont longtemps régné avant de céder la place aux elfes. Dans son insolence orgueilleuse, elle n'a pas peur de clamer haut et fort que cet héritage est le sien, et qu'en sa paume naitra plus néfaste que le pouvoir et la magnificence si l'on venait à éconduire sa légitimité.
   


   

Jeux du passé



a heart to resolve,
a head to contrive,
and a hand to execute.



D
es volutes de frimas. L'aquilon psalmodie. La moindre de ses expirations résonne dans le néant façonné de pénombre et de silence. Elle n'entend que son eurythmie maladive qui pulse et martèle en son crâne comme un mestre-fêvre sur son enclume. Il y a peut-être les crépitations, aussi, qui le remémorent que le feu dévore la oupille qui est son unique source de lumière. . Aucune chaleur ne semble émaner de l'élément igné. Elle exhale une brumasse opaline et sent le givre sur son crin et ses cils. Elle ne sait plus si elle tremble à cause de la froidure ambiante ou de cette terreur intestine qui lui torsade les viscères. Elle tente vainement de se persuader que tout va bien, mais continue de tourner sur elle-même, brandissant sa torchère à l'image d'un chevalier et de son épée. Elle ne distingue aucune forme dans l'opacité qui l'enceint, mais étrangement, elle sait. Elle sait qu'elle se tient au coeur de la Salle Ovale, ignorant comment, et pourquoi. Un pas. Deux. Et puis trois. Un bruit l'épeure, elle retient sa respiration, ne produit plus un son. Des secondes. Mais une éternité, aussi. Soudain, quelque chose fend les airs et agriche sa flavescente crinière. Que ce soit à cause de la surprise ou de la douleur, elle glapit et se débat. De la torche transformée en arme de fortune, elle heurte un volatile qu'elle assomme sur le coup. Et à ses pieds, gît un corbeau, qu'elle se met à écraser du talon avec une ire démentielle. Il recrache ses boyaux, et des croassements s'élèvent à l'unisson. C'est un cyclone de freux meurtriers qui s'abat brusquement sur son minois, ils écorchent sa peau d'albâtre de leurs griffes, arrachent sa chevelure et essaient de lui crever les yeux. Et elle guerroie, en vociférant à s'en rompre les cordes vocales, acculée et en détresse face à ses assaillants qu'elle sent la défigurer – la tuer. Elle lâche tout et s'effondre à genoux, sous les froissements d'ailes qui se succèdent. Et plus rien. Un mutisme mortuaire. Une substance poisseuse glisse entre la pulpe de ses doigts, elle humecte et macule ses paumes, et une fragrance pestilentielle lui obstrue les voies respiratoires. Lorsque les paupières s'ouvrent, l'harmonie de ses traits se flétrit en une expression horrifiée. Devant elle, le cadavre putrescent d'Hulgard, rongé par un sortilège abscons qui le fige dans une nécrose émétique. Le palpitant au bord des lèvres, la donzelle hurle. Elle hurle. Et hurle encore.

Jora s'éveilla. Quelques battements de cils circonspects, et un quant-à-soi qui contrastait outrageusement avec ce qu'elle venait de vivre. Les odyssées oniriques étaient les reflets avilis de la réalité, les rêves comme les cauchemars étaient les relents d'un subconscient en émoi, et le sien l'était immodérément. Lentement, elle se redressa pour se mettre assise parmi les soieries et les fourrures de sa couche, constatant sans surprise que le point du jour prenait l'ascendant sur sa consoeur nocturne. Ce n'était qu'un noir songe de plus, comme elle en faisait fréquemment depuis... depuis déjà trop longtemps. L'encéphale était une création fascinante, au point de devenir sibyllin pour son propre propriétaire. Il n'y avait guère besoin de fureter dans les livres pour comprendre la symbole plus que criarde des corbeaux et cette pléthore de sentiments négatifs qui l'avaient taraudée. En revanche, pourquoi avait-il confondu le trépas de son géniteur et celui de sa gouvernante ? Elle, ne pouvait se fourvoyer. Elle savait comment chacun avait quitté leur enveloppe charnelle pour voguer jusqu'au Havre... ou jusqu'à l'Abîme. Depuis que le brasier courroucé de l'injustice calcinait son âme, les réminiscences de la femme qui l'avait élevée et avait connu une fin ignominieuse se plaisaient à renaître. Cette incandescence torrentielle qu'elle avait ressentie le jour de la tragédie, elle en sentait aujourd'hui les tisons, et l'âtre d'une furia assoupi était sur le point de se réveiller. Elle était incapable de l'expliquer, incapable de se souvenir des faits exacts, il s'agissait d'un ressenti spirituel qui outrepassait l'entendement. Son être croissait en fournaise, et exigeait que la chair de ses ennemis cuisent. Un instant, elle redistribua les rôles d'une vaudeville perverse, où Jorkell se substituait à la nourrice. L'esprit de la pucelle, suffisamment corrompu pour imaginer l'Usurpateur suppurer par les orbites, là où quelques lunaisons auparavant, elle aurait préféré imaginer la procession du solstice d'été, en l'honneur de Xyhmis.
Soudain, une symphonie résonna contre l'huis de sa chambre. Elle biaisa son regard sur la servante qui apparut et tenta de lui arracher une risette en en arborant une elle-même. « Bonjour princesse, avez-vous bien dormi ? » Ladite princesse ne répondit point, et ne sourit pas plus. Qu'y avait-il en cette matinée plus que dans une autre pour s'exalter ? Ce n'était qu'un jour supplémentaire. Le même qu'hier. Le même que demain. Insipide, sous l'astre de l'expectative. Attendre qu'il se produise quelque chose, et contempler le monde se mouvoir sans pouvoir en faire autant.  Une ankylose spirituelle qui la rendait doucement moribonde, sans qu'elle ne le montre. Elle aurait pu ne pas se lever, s'emmailloter dans ses draps et refuser d'apparaître à ses détracteurs, mais sa fierté l'en empêchait. Paradoxalement, elle mettait un point d'honneur à se pavaner devant eux pour se rappeler à leur bon souvenir, pour leur prouver qu'en dépit de leur embargo la concernant et des affligeantes circonstances, elle était toujours là. Debout, mue par une infrangible résolution. Celle-la même qui la fit entamer sa toilette en compagnie des servantes, qui s'attelèrent pour la préparer selon ses bons désirs. Une robe d'opulence, la crinière tressée, le teint frais et deux perles de parfum déposées à même le derme de son cou. Elle fut promptement prête. Prête pour une journée dans ce qui lui apparaissait être l'Abîme sur terre.

La Main Blanche, gracile et faraude, flâne dans les corridors et divers lieux de Jernvugge. La masse seigneuriale qui se conglomère dans la cour pour vaquer à ses conjurations encenseuses la toise avec une palette variée d'expressions. Qu'elles soient affables ou hostiles, Jora s'y confronte, elle les affronte et ne baisse jamais le menton. Les féaux comme les félons ont pris l'habitude de s'écarte sur son passage, car une meute vigilante et armée la suit à la trace. Les roquets de l'Usurpateur ne lui ploient que rarement un moment de répit, ils attendent que leur maître leur lance un os en récompense, et elle, les dédaigne à chaque lorgnade. Ils sont les premiers à essuyer les revers cinglants de son amertume, lorsqu'elle n'est pas d'humeur à se taire. Elle oscille entre la sobriété et l'intempérance, c'est un dilemme sempiternel, c'est un drame personnel. Les sujets la contemplent, et ils susurrent. Ils la plaignent. Ils racontent que le jour où Hulgard a rendu son dernier souffle, elle n'a pas pleuré. Ils se souviennent que lors des rites funéraires, elle n'a pas pleuré. Ils précisent qu'aux sommations de Jorkell, elle n'a pas pleuré. Et aujourd'hui, comme à chaque fois qu'ils la rencontrent, elle ne pleure pas.

La naïade avait décidé de regagner ses appartements, après avoir fait sa promenade quotidienne dont elle changeait toujours l'itinéraire, peut-être pour se ployer l'illusion que les jours se suivaient mais ne se ressemblaient pas tant. Elle ne s'étonnait guère de l'apitoiement des gens, alors qu'elle était la première à se faire de la peine, au fond. Réfugiée sur son balcon, elle admirait la Cité de ses aïeux, transportée par des syllogismes qui n'en seraient pas pour tout le monde. L'astre diurne, dont la besogne était davantage de les immerger de lumière plutôt que d'apporter la chaleur sur des landes qui avaient épousé l'hiver, déclinait graduellement dans les cieux d'opale. Son crâne s'inclina sensiblement sur le côté, puis elle leva la main et la plaça devant le soleil. La lueur sembla alors émaner de sa paume, enveloppant ses phalanges dans un gant aveuglant et intangible. « C'est étrange, n'est-ce pas... » Dit-elle à l'intention de sa suivante, qui la regarda sans comprendre. « Quoi donc, ma dame ? La Main Blanche... D'ordinaire, les héraldiques s'illustrent sous la forme d'animaux, de créatures légendaires ou d'objets du quotidien... Alors pourquoi une main ? Pourquoi est-elle virginale sur un champ de nuit ? Et voilà que la dernière des Ebonhand n'a aucune poigne sur son propre destin... si ce n'est pas ironique... » Elle feignit de saisir la sphère royale qui trônait au firmament, ne brassa que le vide et baissa le bras. « Avons-nous pouvoir et magnificence en notre paume... dois-je comprendre qu'ils sont innés ou qu'il me faut irrémédiablement les empoigner, et les garder... Nous n'avons jamais parlé de nos armoiries avec mon père. Je crois qu'il n'en avait cure, tant qu'il avait ce pouvoir et cette magnificence. Peut-être est-ce notre apophtegme qui lui a fait faire tout ceci... Je ne sais pas. Certains se contentent d'être fiers de leur emblème sans poser de question, mais moi, je ne le peux pas. Quelque chose m'intrigue, sûrement parce que je n'ai jamais connu que Père comme autre Ebonhand... » Le silence se fit, dévot et philosophique, jusqu'à ce que la jouvencelle aux abords de l'héritière ne le brise. « Nous devrions vous préparer. » Jora se tourna vers son interlocutrice pour l'interroger de ses prunelles où azur et jade se querellaient. « Sa Majesté vous a fait mander, l'aviez-vous oublié ? Il désire s'entretenir avec vous, en plus de vous convier à souper avec lui ce soir. » Elle détourna le regard et ne prononça mot. Elle ne l'avait pas omis – elle l'avait ignoré. Qu'importait ce que le Freux lui voulait, elle, n'avait aucune envie de le coudoyer. Mais elle irait, comme à chaque fois.

La sorgue avait tiré sa pèlerine sur Ibenholt. Les nues blanches avaient fait place aux constellations et aux faisceaux sélénites. Les températures étaient mordantes, et la ville assoupie, sur le versant de Solvkant. Avec l'éclat de la journée, s'était envolée la contenance de la nymphe juchée sur son balcon. Sur le même balcon depuis vingt ans. Rien des combinaisons stellaires n'était à même de la réconforter, sa détresse en faisant une torche humaine qui suppliait toutes les déités de lui venir en aide. Les angoisses qu'elle réprimait aux yeux du monde, ressurgissaient en démons pernicieux lorsque, seule, elle s'apprêtait à se coucher. La physionomie trahie par le chagrin et la phobie de demain, elle ne parvenait à ravaler le goût saumâtre de ses larmes, qui s'étaient invitées à l'orée de ses cils. Une inspiration fébrile, et à défaut de s'adresser à sa bonne étoile, ce fut au fantôme d'un sauveur qu'elle chuchota. « Tu m'as dit que tu reviendrais... mais tu ne reviens pas... » Ses lippes charnues frémirent, puis elle resserra son châle autour de ses épaules. « Tu as dit "seule la mort m'en empêchera"... peut-être es-tu mort... » L'aquilon s'immisça dans les mèches de miel, et une perle lacrymale glissa sur sa pommette. « Ou peut-être m'as-tu oubliée... » Il lui semblait qu'Ehvan était parti depuis déjà une ère entière, emportant avec lui la promesse diaphane d'un retour salvateur et emprunt de justice. Sa voix de rogomme lui manquait, lui, et sa tendresse protectrice, sincèrement dévouée. Il avait embrassé l'apostasie pour ses convictions... pour elle... Personne n'avait jamais eu une telle foi inébranlable pour la pauvrette qu'elle était, elle avait hâte qu'il s'en vienne la délivrer de sa tour d'ivoire.
Jora rejoignit l'intérieur de sa chambre et s'installa dans ses couvertures. Son visage s'enfouit dans le traversin, qui, comme presque chaque soir, accueillerait ses pleurs secrets, témoin solennel que la dame était, quelque part, encore une enfant.
   


   

Jeux du réel

Pseudonyme/Prénom : Luchadora/Loupiot et Jora pour le coup  Coeur  Âge : 22 ans Localisation : France RP : En lignes je ne sais pas, mais en mots, je table quotidiennement entre les 1300 et 1900. Mais pondre du 3000 ne me fait pas peur, très loin de là  Pervers  Occupation: Là tout de suite ? Tenter de reprendre mon trône  Siffle  Le mot qui vous décrit le mieux: Truculente ? Comment avez-vous découvert Frostfall ?: Par Lorkhan  Oui  Commentaire/Suggestion ?: Pas pour le moment ! Mais sinon, long live Frostfall  Danse de la joie 

   
© Quantum Mechanics
     


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Prince aux Fers

avatar
Prince aux Fers
Afficher
ARRIVÉE : 06/02/2014
MURMURES : 1205



MessageSujet: Re: Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence   Mer 26 Mar - 19:36

Sauter sur quelqu\'u 

Bienvenue officiellement à toi dans le coin, du coup : Je me demande quel dieu bienveillant t'a amené vers nous  Siffle J'ai hâte de voir ce que tu nous réserve avec la belle Jora, et je peux d'ores et déjà t'avouer que j'ai hâte que nous nous rencontrions en RP, surtout si cela se passe dans les cachots de ce bon Jorkell  XD 

Bon courage pour ta fiche, et n'hésite pas à poser tes questions si besoin, tu sais où nous trouver !  Tango 


-
Lorkhan Ravncrone,
hand of the king and heir to the throne
« Anger is running through my vains, so fucked it's driving me insane. No health, no hope, nothing but pain. 30 years to go you said i should be the best, you said i have to prove myself, you said we're a family. 30 years ago. Stuck in the holy money game, gave me a number for a name, stole my life and kept the change. Hey man there's a riot goin'on ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Reine consort d'Ibenholt

avatar
Reine consort d'Ibenholt
Afficher
ARRIVÉE : 24/11/2013
MURMURES : 1919



MessageSujet: Re: Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence   Mer 26 Mar - 19:39

Notre princesse captive nationale ! S\'Il te plaît

Je suis trop contente que Lorkhan ait réussi à te séduire et te voilà ! Ici pour me mettre des bâtons dans les roues, j'en suis toute émue.  Stp 

Attention à la dysenterie. Et bonne chance pour ta fiche ! Si tu as besoin d'aide, tu sais où nous trouver !  Coeur

EDIT : Putain, Lorkhan, on est syncro... et un peu trop pareils, ç'en est flippant XD


it lies in all of us
« It will stir... Open its jaws and howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all and we obey. What other choice do we have ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Perle de Nacre

avatar
Perle de Nacre
Afficher
ARRIVÉE : 26/03/2014
MURMURES : 725



MessageSujet: Re: Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence   Ven 28 Mar - 14:00

Lorkhan - Oui, je me demande bien quel doux fumet m'a attirée ici Angélique J'ai bien l'intention à ce que l'on s'amuse au moins autant qu'au bon vieux temps, ça va nous rappeler des souvenirs, même si les rôles sont... très différents xD Coeur

Syl - Je ne doute pas que tu m'en mettras aussi, des bâtons dans les roues ! S\'Il te plaît Équipe J'espère et de loin convenir à tes attentes avec ce merveilleux personnage ! (Bon par contre... C'est quoi cette histoire de dysenterie à la fin ? Pété de rire )


Merci, je n'hésiterai pas à venir vous embêter en cas de besoin ! Amoureux



EDIT : FICHE TERMINÉE  Amoureux 



Ghost of a Rose
Her eyes believed in mysteries, She would lay amongst the leaves of amber. Her spirit wild, heart of a child, yet gentle still and quiet, he loved her... When she would say... "Promise me, when you see, a white rose you'll think of me."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Prince aux Fers

avatar
Prince aux Fers
Afficher
ARRIVÉE : 06/02/2014
MURMURES : 1205



MessageSujet: Re: Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence   Ven 28 Mar - 14:35

Que dire ... Wouahouh, peut-être ?  What a Face Ta fiche est sublime, excellemment bien construite et tout aussi bien écrite, et tu as extrêmement bien cerné le personnage de Jora, mais enfin je ne vais pas faire comme si j'étais étonné venant de toi  Razz  Malgré une certaine fragilité, on sent qu'elle en a dans le ventre et qu'elle est prête à tout pour récupérer l'héritage des Ebonhand, dont tu as bien appréhendés les aspirations en tant que lignée « légitime » sur le trône d'Ibenholt ! L’ambiguïté de la relation avec Jorkell aussi est très bien rendue, et j'ai hâte de voir ce personnage joué pour assister à leurs échanges en RP  Arrogant 

Enfin voila, trêve de fleurs et de compliments, ça pourrait durer des heures ( et puis, il faut que je garde un peu de méchanceté au fond de mon petit cœur Gêné  ), aussi ai-je l'honneur de te valider officiellement !  Fou 



Validé(e) !   Excité 

Félicitations, très cher pion, et bienvenue sur l'échiquier de Frostfall. Gare à toi, parce qu'ici, la félonie est un plat qu'on sert à toutes les sauces...

N'oublie pas de recenser ton avatar et de rédiger ta fiche de lien dans la section gestion des personnages. Si tu souhaites avoir ton rang personnalisé, c'est ici que tu dois te rendre !

Sur ce, nous te souhaitons bon jeu sur Frostfall et espérons que la Fatalité te sera favorable !



-
Lorkhan Ravncrone,
hand of the king and heir to the throne
« Anger is running through my vains, so fucked it's driving me insane. No health, no hope, nothing but pain. 30 years to go you said i should be the best, you said i have to prove myself, you said we're a family. 30 years ago. Stuck in the holy money game, gave me a number for a name, stole my life and kept the change. Hey man there's a riot goin'on ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Perle de Nacre

avatar
Perle de Nacre
Afficher
ARRIVÉE : 26/03/2014
MURMURES : 725



MessageSujet: Re: Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence   Ven 28 Mar - 14:49

Han je te remercie pour tous ces compliments !  Fou S\'évanouir Amour 
Je tâcherai d'être digne de la demoiselle !  Superman 



Ghost of a Rose
Her eyes believed in mysteries, She would lay amongst the leaves of amber. Her spirit wild, heart of a child, yet gentle still and quiet, he loved her... When she would say... "Promise me, when you see, a white rose you'll think of me."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Reine consort d'Ibenholt

avatar
Reine consort d'Ibenholt
Afficher
ARRIVÉE : 24/11/2013
MURMURES : 1919



MessageSujet: Re: Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence   Ven 28 Mar - 15:34

Je rejoins Lorkhan sur tous ses commentaires : ta fiche est délicieuse, ta plume, riche et toute en nuances. Je n'ai rien à dire de plus sinon que j'ai hâte qu'on se croise en RP et que tu fais une parfaite Jora ! S\'Il te plaît

Bienvenue officiellement dans la valse des poignards, petite princesse ! Arrogant


it lies in all of us
« It will stir... Open its jaws and howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all and we obey. What other choice do we have ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Perle de Nacre

avatar
Perle de Nacre
Afficher
ARRIVÉE : 26/03/2014
MURMURES : 725



MessageSujet: Re: Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence   Ven 28 Mar - 18:12

Vous me gâtez dites  S\'Il te plaît S\'Il te plaît  Je suis vraiment contente que ma fiche vous plaise et convienne, on part sur une bonne note et je sens qu'on va s'amuser, vivement l'ouverture !  Fou 

 Trop mignon ! 



Ghost of a Rose
Her eyes believed in mysteries, She would lay amongst the leaves of amber. Her spirit wild, heart of a child, yet gentle still and quiet, he loved her... When she would say... "Promise me, when you see, a white rose you'll think of me."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Afficher



MessageSujet: Re: Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence   


Revenir en haut Aller en bas
 

Jora ♤ En notre paume, pouvoir et magnificence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?
» Les femmes noires au pouvoir ...
» HAITI POURQUI ET POURQUOI LES LUTTES POUR LE POUVOIR ?LES E
» HAITI: HISTOIRE, POUVOIR, CONSTITUTION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FROSTFALL :: Personnages :: Présentations des personnages :: Présentations validées-