La nouvelle version de Frostfall est arrivée ! Rendez-vous dans ce sujet pour en savoir plus.
Avis aux nobles, n'oubliez pas de recenser votre maison ici, si ce n'est déjà fait.
N'oubliez pas de voter pour Frostfall sur les top-sites une fois toutes les deux heures ! Plus on a de votes, plus on a de membres.

Partagez | .
 

 CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Princesse Héritière de Hvittjell

avatar
Princesse Héritière de Hvittjell
Afficher
ARRIVÉE : 20/04/2014
MURMURES : 47



MessageSujet: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Dim 20 Avr - 18:17



Cienna Lonerider



 

Jeux des apparences

Que la grâce des dieux t'accompagne, Cienna Lonerider, fille du levant. Que leur clémence te préserve des complots et de la périlleuse valse des poignards, toi qui a déjà affronté vingt-et-un hivers et s'en est sorti indemne. Que tu sois princesse héritière ou simple vagabond, sache que c'est d'un œil intrigué que te jaugent les rois et les reines de jadis, passant tes jours au fil d'une rapière qu'on appelle Jugement. Puissent les augures du mois de juillet t'apporter prospérité et bonne fortune et puisse tes congénères de la cité d'Hvittjell t'apporter leur appui et leur soutien dans les intempéries. Souhaite que ton statut de noble t'empêche de glisser dans le gouffre de l'oubli et puisse ton cœur éperdu de fiançailles trouver libération dans les neiges des Terres du Nord. Bienvenue au Cimetière des dieux, bienvenue sur Middholt, bienvenue sur l'échiquier...

Jeux des ambitions

Moralité : Les termes négatifs et dépréciatifs sont nombreux à décrire la princesse depuis des années. Ils sont tant nombreux a avoir fait de sa personne un tableau de la déception et de la désillusion qu’il est difficile de porter un jugement positif sur l’héritière d’Hittjvell. On ne voit d’elle que la déception de tout un royaume…Et les Dieux savent qu’il n’est aisé de grandir sainement quand on est traité comme telle : une déception. Pourquoi regarder l’aurore à nouveau ? Oui, pourquoi vivre cette danse macabre du jour et de la nuit qui se succèdent dans un tournoiement de douleurs perverses ?

La soif de vivre.

Cette force de cette terre continentale qui alimente les corps de ses sujets, tous sans exception. Le vent de la plaine du Val qui percute votre front d’un vent froid, glacial qui annonce la venue de l’hiver, ses murmures qui témoignent de la puissance de cette terre au passé glorieux et au futur tragique qu’incarne la cadette des Lonerider. Celle qui ose défier la force inégalée de ce royaume, celle qui la défie avec son cœur pour seule arme. Courage, détermination, chimérique voilà les particules qui coulent dans les veines de Cienna. Elle est la lune des Lonerider, celle qui éclaire les sujets vers la fin inexorable de cette impérieuse dynastie. La lune au cœur léger qui de sa solitude éclaire les astres qui l’entoure. Mais l’inexorabilité ne fait pas peur à cette princesse qui aurait préféré naître roturière, pauvre pourvu que libre de ses chaînes sanglantes… Depuis son plus jeune âge elle sait qu’elle n’est qu’un être dépourvu de l’envie de se battre qu’on emmène au sacrifice. Qu’on la sacrifie au nom de l’honneur si il le faut, mais parricide elle ne veut le devenir ! Son être entier ne peut se soumettre à la barbarie ancestrale. Elle dénigre ces lois et ces codes au nom desquels il faudrait faire couler le sang des aïeux pour continuer de respirer. Elle préfère retourner à la terre, l’âme vierge de tous maux meurtriers.

Déshonneur.

Jamais déshonneur n’avait été aussi grand chez les Lonerider que le souffle émanant de cet être auréolé de désirs peu communs pour une fille du Val ! Dans la grande pièce d’Azelan aux côtés de sa mère, si forte, si honorée et redoutée elle apparaît comme une étrangère. Une étrangère frivole affichant un luxe déplacé. Chaque sujet qui croise son regard est comme pris d’un coup d’acier invisible plein cœur : tout chez elle dérange. La prétentieuse est toujours sous son plus beau jour, a toujours le mot éloquent, elle a le goût des choses bien faîte : est pourtant sous son apparence calme elle est l’étalon indompté des plaines.

Insoumise.

Voilà comme les sujets voient cette héritière ; à chacune de ses apparitions c’est un fouet qui claque dans le vent pour rappeler la déchéance qui arrive à grands pas de cette princesse qui trouvera la mort sous l’épée maternelle sans avoir tenté d’y échapper. Et les sujets se trompent, son âme s’est depuis longtemps échappée de cette cage alezane au bois colorée. Elle danse sur les tombes des morts leur demandant de lui accorder la liberté, elle rit auprès de ses amies imaginaires pour qui elle n’a aucun secret, elle flatte sa vanité en dépensant sans compter, et s’applique de tout son cœur à toujours aider les plus démunis quand vient le temps des récoltes ou des grands froids. Son âme flotte au-dessus de ses puissantes montagnes blanches ajoutant ainsi un peu d’émeraude, de couleur à cet horizon vierge de toute vie.

Figure complexe que peu peuvent prétendre avoir compris. Nombreux sont à raconter dans les tavernes que la fille n’a rien hérité de sa mère, l’admirable  Ethain. Et pourtant… elle aussi fougueuse que ces chevaux dont elle tisse les étendards, aussi forte et courage que ces ancêtres mais d’une manière bien différente, et sa passion qui embrase son corps laiteux a elle aussi animé sa mère autrefois. Cette passion qu’elle n’accorde pas à la guerre mais à l’homme, un homme en particulier. Sa solitude à trouvé refuge dans un cœur déjà pris, et cette nouvelle prison auquel son âme s’est emprisonnée à un goût amer… Un goût de la jalousie, un goût fort de cette fougue valoise dont tout le monde craint le jugement.

Le contrepoids de la balance.

Alors la princesse se réveille de sa sieste séculaire par une gifle. Une gifle bien plus grande que la colère de sa mère et la haine de ses sujets. La lumière lunaire qui avait été considérée comme éteinte dès son plus jeune âge, dont on ne considérait pas l’enjeu qui était déjà scellé semble soudain dans l’ombre de ses astres se refroidir… Et la lune se rapproche du soleil, lentement, lentement… Comme le venin de la vipère il ronge la balance qui était en place. Et tandis que les astres tourbillonnent autour d’elle pour lui laisser place, elle avance sentant ce vent fort, ce vent du val, ce vent glorieux qui la pousse à son ineffabilité. L’éclipse…

O mère et le sang qui coule en vos veines et cette chaleur qui vous anime, je la partage aussi. Je la partage aussi !


Allégeance : Son désintérêt pour les choses de la guerre est flagrant. Elle est écœurée des jeux du pouvoir dont elle aurait du apprendre tous les arts dès son enfance. Elle fuit ! Pour elle, Jora n’a pas plus de légitimité que Jorkell sur ce trône et à vrai dire que lui importe ! Elle déteste ces hommes qui n'aspirent qu'à faire couler le sang et qui n’aspire qu’à la puissance. N'ont-ils dont point compris que tant que l'humain se bat contre lui-même il est vulnérables contre les menaces extérieures? Elle a toujours tu ses pensées et voilà, un trait qu’elle a peut-être hérité directement de sa mère : sa neutralité. Pourtant, cette neutralité semble se corrompre depuis qu’elle est fiancée à Synric.

Son fiancé, elle le suivrait jusqu’au bout du monde et ferait tout pour lui. Après-tout elle rêve de faire disâraître la reine consort et les Dieux savent que si une main de l’ombre venait à lui arracher sa vie, il est certain qu’une guerre commencerait... Non la neutralité n’est plus qu’une apparence de convenance, Cienna est bel et bien sur l’échiquier mais pas pour les Ebonhand ou les Ravncrone, mais pour Synric et elle.



Jeux du passé






Chapitre 1 : peut-on changer le cours de notre destinée?  

Les servantes font des vas-et-viens à travers les pièces de la forteresse, il y a tellement de choses à faire aux lendemains du couronnement de la nouvelle reine. On aère les chambres, on change les linges, on range la grande salle des festivités de la veille.

A travers ce trouble, les grandes portes de la chambre royales s’entre ouvrent dans un grincement sonore. Une frêle tête blonde s’engage dans la pièce, à l’abri des regards. Un sourire d’émerveillement naît sur son doux visage et ses yeux, brillent d’envie. Elle dépose négligemment son épée en bois et s’avance vers les lourdes teintures émeraude et or qui drapent la pièce d’un air solennel. Ses doigts touchent la précieuse matière et son petit corps s’enroule des couleurs du Val. Une vraie princesse. « Aucune armure ne peux rivaliser avec tant de beauté… ». Chuchote-t-elle pour elle-même. Son cœur se fait plus léger, elle a bien fait de s’échapper de sa leçon du jour. Elle fait une petite révérence et dans un rire enfantin relâche le velours qui tombe dans une lamentation sur le bois lustré. L’enfant continue son tour de curiosité, elle touche, sent, observe, pose, dépose… Elle manipule chaque objet avec crainte et admiration. Sa mère a tant de chance de pouvoir posséder toutes ces merveilleuses choses ! Elle regarde les armoiries familiales qui trônent au-dessus de la couche royale, témoignage ancestral de tous ces rois glorieux qui ont conduit Hvittjell à sa gloire d’aujourd’hui. Obnubilée pendant quelques instants de silence, elle clique soudain des yeux. Il est trop triste de penser aux morts ! A tous ces morts… Alors son regard se porte vers un objet scintillant. La couronne royale.

Ses mains frémissantes s’emparent de l’objet et un air de défi le pose sur sa tête nattée. Un moment se passe avant que la princesse soit prise d’une violente convulsion. Sa tête semble se resserrer d’un étau brûlant. Il serre de plus en plus fort, il irradie son être, la douleur est telle que l’enfant ne peut crier, elle succombe.

Un rire cristallin s’échappe dans les airs et le visage de sa mère se superpose à la nuit noire, elle lui sourit en lui tendant une épée ouvragée. Une magnifique épée. Elle entend la voix de son père qui l’encourage et celle de ses ancêtres qui lui murmurent de s’en saisir. Sa main droite, confiante se resserre sur le fourreau de cuir et un cri déchirant résonne à travers la pièce. Sa mère est allongée sur le sol et tandis que le sang coule de sa gorge ouverte la couronne sillonne un cercle meurtrier jusqu’à son nouveau propriétaire.

Les images disparaissent et l’enfant rouvre les yeux. Elle observe la couronne tombée au sol et recule d’un pas chancelant. Une vision. On lui avait dit que viendrait le temps où elle pourrait entrevoir l’avenir… Avenir matricide ! La jeune princesse n’ose plus toucher l’objet meurtrier qu’elle a fait tomber. Et continue de reculer, elle recule, recule de grands pas horrifiés. Sa main vient alors trouver son épée de bois. Matricide. Elle l’avait toujours su, c’était la tradition mais elle ne voulait plus ressentir cette douleur insurmontable. Ses joues larmoyantes déposent au sol des cristaux d’angoisse : son monde ne sera plus jamais le même.

Elle s’enfuit de la pièce, elle ne veut plus rester ici. Elle ne veut plus de toutes ces choses. Elle ne veut pas de cet avenir sanglant.

Les dés sont jetés.



Chapitre 2 : vous êtes une parricide ma mère 

Cienna ferme la porte de sa chambre du palais d’Ibenholt en souriant, béate de bonheur. La tête enivrée de la musique divine sui semble encore flotter dans la pièce, enivrée de ce bonheur somptueux… Devant son miroir elle passe ses doigts frémissants d’envie sur sa gorge puis sur ses lèvres…

« Vous vous égarez. »

Elle sursaute. Sa mère se tient derrière, dans un coin de la pièce. Cienna se mord la lèvre rougissante de honte. Elle tente de parler, mais est arrêtée dans son élan. Il n’y a pas de mots. La reine ne peut plus voir sa fille se laisser aller à ce rythme : où est l’héritière de Hvittjell ?

« Notre séjour ici est terminé. Nous partons demain à la première heure, soit prête. »

Les paroles résonnent comme un écho. Rentrer… La princesse s’assied, le tournis s’est envolé pour laisser place à un goût amer. Sa mère a refusé sa demande, elle qui s’est presque agenouillée pour lui quémander de rester !

« Mais je croyais que…
- Nous allons rentrer et tu vas nous faire honneur à moi et  à tes sujets ! »

Honneur ? Les images de ces semaines passées se superposent aux détails de sa chambre, un air aussi froid que l’acier s’installe dans la place. Pendant de longs instants, leurs respirations sont les seules à parler… Puis soudain, une larme coule sur la joue de l’héritière. Une larme qui scintille en écho avec les pierreries princières de Cienna, elle brille, elle roule, elle sale la peau d’un sillon amer… Témoignage presque invisible que les deux femmes ne sont pas figées dans les affres de leur insatisfaction. Puis, la larme de cristal se brise et son contenu se propage dans la pièce… Il est temps.

« Et mon bonheur à moi ? »

L’air siffle. C’est comme une gifle que vient de prendre la souveraine, le bonheur de sa fille… Mais elle lui a tout offert, tout passé… Que veut donc de plus cette égoïste de fille ? Ibenholt est un monde fictif où les valeurs n’ont pas leurs places, elles sont écrasées par la soif de pouvoir, la luxure, l’argent… Une fille d’Azelan n’a pas sa place ici ! Les tempes royales battent un rythme infernal, mais l’enfant indigne continue elle déverse son poison, celui qu’elle garde dans ses veines depuis de longues années…

« Quel sera t'il? Je ne veux pas devenir une meurtrière moi ! Je n’ai aucune satisfaction à tuer et me plier aux affres de la guerre… Je n’ai pas l’âme d’une tueuse…
- Alors c’est donc ça ? Je ne suis qu’une meurtrière à tes yeux Cienna ?
- Vous êtes une parricide…  Elle regrette aussitôt ses paroles, mais c’est trop tard : le mal est propagé. Elle s’avance un pas fébrile vers sa mère, s’accroche à ses bras, ses yeux larmoyants tentant de s’excuser. Les bras royaux se dérobent, qui est cette enfant qui ne comprend rien ? Mère… je vous en prie… je suis désolée… je… je ne veux pas devoir vous arracher la vie je veux … je veux que la mort vienne vous endormir paisiblement… Et si je dois vous tuer pour mériter mon titre, pour prouver que je suis digne d’être héritière alors … je ne veux rien ! Moi… je voulais juste que vous m’aimiez pour ce que j’étais vraiment …
- Tu ne comprends pas.
- Moi, je ne comprends pas… ? Elle recule heurté par les paroles de sa mère aussi dures que la pierre… Comprendre, toujours comprendre. Je ne veux pas comprendre. Je ne veux pas comprendre que la vie doit s’arracher par la force et qu’elle doit se mériter par le sang ! Je ne veux pas comprendre qu’il faut l'arracher à coup de bec et à coup d’ongle… Oui ! Que les lames s’entrechoquent et que les corps tombent pourvu que seuls les plus forts survivent ! VOTRE FRERE EN EST MORT ! VOTRE PERE EN EST MORT ! … Mon père en est mort… Elle n’entend pas les protestations de sa mère, elle déverse les non-dits et les remords, elle déverse sa colère quitte à lui faire mal … et vous voulez encore que votre fille en meure ? Alors tuez-moi maintenant car jamais je ne vous tuerais ! JAMAIS !
- Cesse ce petit jeu avec moi ! Tu dois accepter d’être l’héritière de Hittjvell et te comporter comme telle!
- Mais je ne veux pas… je ne veux pas marcher sur votre cadavre le jour de mon couronnement ! Il n’y a aucune gloire à être le bourreau de sa mère… ou de sa fille… car nous savons toutes les deux que c’est sans issu. »

La conversation continue, les voix montent jusqu’à leurs paroxysmes. « Sortez de ma vie ! » chuchote dans un dernier élan de désespoir l’héritière. La porte claque. C’est fini, comme une écharde qu’on vient de lui extirper violemment. C’est fini. Demain elle prendra le chemin du retour et plus jamais elle ne reverra les jardins nordiques d’Ibenholt… Elle rentrera à Alezan où la forteresse la consumera doucement avant de la faire disparaître comme si elle n’avait jamais existé… Un cri de rage, rauque s’échappe de la gorge de la princesse. Elle se laisse glisser par terre, ses doigts cherchent ses lèvres mais ce n’est plus pour tenter d’apaiser ses désirs humains, mais pour sentir le souffle de vie qui émane de son corps et que son peuple tente de lui ravir depuis ses plus jeunes années…




Chapitre 3 : la place d'une héritière sur l'échiquier 

La main de la fiancée se soulève et s’agite gracieusement vers l’être aimé. Un sourire aux lèvres. Il l’oubliera dès qu’il aura passé l’horizon. L’émissaire s’en va, il retourne vers le Nord, il retourne vers elle. Malgré le vent qui s’élève dans la plaine, elle reste et regarde s’éloigner le nuage de poussière. Poussière. C’est la particule qu’elle aimerait voir revêtir sa rivale silencieuse. Sylarne Clanfell. Depuis qu’elle a vu le corps de l’être aimé entre ses bras elle ne peut plus penser à autre chose que cette petite mort qui lui serait si douce… Elle revoit leurs corps entrelacés transpirant d’un même souffle et leurs soupirs ardents qui alimentent sa jalousie encore à ce jour.

L’horizon est calme. Elle se replie dans son sanctuaire en attendant qu’il vienne à nouveau égayer ses journées. Azelan est devenue la forteresse du silence où une mère et sa fille se livrent un combat silencieux : le combat de la haine. Tous laissent passer, dans le même silence, celle qui désormais n’a plus rien de l’enfant qu’ils connaissaient. Aux allures d’une reine consort qu’ils n’ont jamais et ne verront peut-être jamais, seule son ombre, détachée, semble encore porter la signature de son sang. Toutes deux avancent à travers les couloirs de la forteresse, réfléchissant à leur avenir. En se détachant, en formant deux entités différentes l’une solaire et l’autre lunaire, elles ont fait prendre conscience à Cienna que la vie n’avait jamais été ce qu’elle pensait. Elle s’était bercée d’illusions, pensant que la vie devait se vivre, se croquer, se danser chaque moment que les Dieux faisaient. Et puis il y avait eu cette vision. Cette gifle. Ce coup de sang. Cette déchirure. Et la vie soudain lui était apparue différemment… Une consistance invisible à laquelle il fallait arracher des bouts d’existence, de bouts de bonheur pour les savourer plus tard. Jamais dans l’instant. Un monde où il fallait calculer. Un monde où l’amour n’était pas chose offerte. L’amour n’était pas chose offerte… Elle avait toujours pensé qu’un jour quelqu’un l’enlèverait pour l’amener loin d’ici vers un éden ineffable, vers un avenir prometteur. Fille du levant elle avait alors entrevue les limites humaines de ces pensées féeriques. Féeriques… Le monde avait cessé de briller pour concentrer sa lumière sur Synric dont elle obtiendrait l’amour. L’amour. C’était un sentiment nouveau qui n’avait rien de délicieux, sous un masque serein, il lui faisait mal, il la rongeait et ses pores souffraient du souffle volé.

Elle referme la porte de sa chambre dans un silence profond. Ces pensées ne la quittent plus. Seule dans cette cité, elles sont les seules qui la réconfortent. Elle se sent empoisonnée et elle sat qu’à chaque venin il y a remède. Lors des nuits sans lunes elle s’étaient mise à penser à sa mort. Et puis quand la lune réapparaissait, les pensées restaient. Omniprésentes. Le corps sans vie de Sylarne semblait être la clé de cet éden, de ce bout du monde mystique auquel elle aspirait.

Une brosse passe dans ses cheveux et dans un rythme mortuaire, un rythme effréné elle pense, elle pense… une force nouvelle semble naître de ses entrailles, une force inanimée jusqu’alors. Une force dévastatrice, une force si suave qu’elle ne peut que se laisser bercer par son rythme entraînant. Mais quel sera-t-il son sort quand ce tourbillon aura cessé de virevolter?  



Jeux du réel

Pseudonyme/Prénom : Parvati ou Zoé Âge : 20ans presque trois quart ArrowLocalisation : Quelque part autour du golfe du Lion RP :  Lignes... je ne sais pas vraiment mais minimum une page word. Occupation: Je suis en bi cursus histoire et histoire de l'art / archéologie, vu que ma super fac n'a pas prévu d'aménager les double licences au sein d'une même ufr bah je galère! Mais à part courir après le temps (heureusement une amie m'a offert un retournateur de temps en revenant de Londres cet été What a Face). Sinon, voir mes amis, danser et puis quand j'ai mes pieds qui sont tous pas beaux (je vous épargne les détails sanglants, je suis une vraie princesse Arrogant ) j'aime me plonger dans les rps, en fait je passe ma vie à imaginer mes futurs post et des complots pour arriver à mes ambitions Mort de rire  Il est pas rare que dans le tramway un sourire meurtrier apparaisse sur mon visage, et ce n'est pas à cause du mec d'à côté qui a pas mis de déodorants ce matin... ArrowLe mot qui vous décrit le mieux: Pitre Comment avez-vous découvert Frostfall ?: Grâce à Caro Fouet Commentaire/Suggestion ?: Comme dit à Caro je pourrais pas commencer ma fiche avant jeudi mais je ne pouvais pas attendre plus longtemps pour revêtir ma nouvelle peau! Sinon superbe forum En amour 

© Quantum Mechanics
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Guerrière Skaald

avatar
Guerrière Skaald
Afficher
ARRIVÉE : 18/04/2014
MURMURES : 519



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Dim 20 Avr - 18:28

Bienvenue par ici jeune fille ! Gaffe aux psychopathes qui traînent dans le coin  :3 


you can run on for a long time
When the Skaalds come after you, they never stop. They can run for hours, ride for days. They barely eat and rarely sleep. Sigrid, like the wolf, has learned to hunt from birth. It’s part sense, part instinct. She can read the terrain, search for signs of passing, run her quarry to ground and close in for the kill. Now, she hunts us. Now, we are the prey. CODE COULEUR : #605289


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sa Majesté des Elfes

avatar
Sa Majesté des Elfes
Afficher
ARRIVÉE : 02/04/2014
MURMURES : 635



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Dim 20 Avr - 18:30

Tiens donc une autre de ces héritières que j'affectionne tant ...
J'adore le PV, je l'avais regardé sous toutes les coutures, je ne peux que t'encourager maintenant que tu l'a choisi  Léchouille de chat 

Bienvenue sur Frostfall !



Lay down your sweet and weary head. Night is falling, you have come to journey's end. Sleep now and dream of the ones who came before. They are calling from across the distant shore. Why do you weep? What are these tears upon your face? Soon you will see all of your fears will pass away. Safe in my arms you're only sleeping

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Princesse héritière d'Askevale

avatar
Princesse héritière d'Askevale
Afficher
ARRIVÉE : 31/03/2014
MURMURES : 261



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Dim 20 Avr - 18:33

Quel bon choix ! J'aime !
Je te souhaite la bienvenue parmi nous, et bonne chance pour ta fiche, lady !


dark paradise.
Every time I close my eyes, it's like a dark paradise.No one compares to you. I'm scared that you won't be waiting on the other side.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Prince aux Fers

avatar
Prince aux Fers
Afficher
ARRIVÉE : 06/02/2014
MURMURES : 1205



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Dim 20 Avr - 18:37

Bienvenue à toi :3

On l'attendait, la jolie Cienna Arrogant J'ai hâte de voir ce que tu vais du personnage, mais ça promet ! Fou

En attendant, bon courage pour ta fiche et n'hésite pas à venir nous trouver si besoin ! Câlin


-
Lorkhan Ravncrone,
hand of the king and heir to the throne
« Anger is running through my vains, so fucked it's driving me insane. No health, no hope, nothing but pain. 30 years to go you said i should be the best, you said i have to prove myself, you said we're a family. 30 years ago. Stuck in the holy money game, gave me a number for a name, stole my life and kept the change. Hey man there's a riot goin'on ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Princesse Héritière de Hvittjell

avatar
Princesse Héritière de Hvittjell
Afficher
ARRIVÉE : 20/04/2014
MURMURES : 47



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Dim 20 Avr - 18:40

Merci beaucoup pour cet accueil chaleureux! Coeur 



crédit : code par quantum mechanics || gif par tumblr || #Marie Desplechin
Je ne peux pas croire que ce sont les baisers de princes charmants qui sortent les princesses de leurs siestes séculaires, non, les baisers endorment, ce sont les gifles qui réveillent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


Afficher



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Dim 20 Avr - 18:52

Ma cousine  Admiration 

Bienvenue et bon courage pour ta fiche ♥

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


Afficher



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Dim 20 Avr - 18:54

Bienvenue à toi et bonne chance pour la rédaction de ta fiche S\'Il te plaît

Revenir en haut Aller en bas

Lotus noir de l'Orkenenmyr

avatar
Lotus noir de l'Orkenenmyr
Afficher
ARRIVÉE : 09/04/2014
MURMURES : 536



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Dim 20 Avr - 20:36

Bienvenue petite *0*
J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous <3



crédit : code par quantum mechanics || gif par permanentmochakisses || #336633
“Lend me your hand and we'll conquer them all ; but lend me your heart and I'll just let you fall. Lend me your eyes, I can change what you see ; but your soul you must keep totally free.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Perle de Nacre

avatar
Perle de Nacre
Afficher
ARRIVÉE : 26/03/2014
MURMURES : 725



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Dim 20 Avr - 20:59

Bienvenue parmi nous damoiselle, au plaisir de te lire !  Bisous 



Ghost of a Rose
Her eyes believed in mysteries, She would lay amongst the leaves of amber. Her spirit wild, heart of a child, yet gentle still and quiet, he loved her... When she would say... "Promise me, when you see, a white rose you'll think of me."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Princesse Héritière de Hvittjell

avatar
Princesse Héritière de Hvittjell
Afficher
ARRIVÉE : 20/04/2014
MURMURES : 47



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Lun 21 Avr - 15:43

Waouh merci pour cet accueil! Emmerdeur 

J'essaierais de ne pas vous décevoir What a Face 



crédit : code par quantum mechanics || gif par tumblr || #Marie Desplechin
Je ne peux pas croire que ce sont les baisers de princes charmants qui sortent les princesses de leurs siestes séculaires, non, les baisers endorment, ce sont les gifles qui réveillent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


Afficher



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Lun 21 Avr - 16:07

Bienvenue Smile

Revenir en haut Aller en bas

Reine consort d'Ibenholt

avatar
Reine consort d'Ibenholt
Afficher
ARRIVÉE : 24/11/2013
MURMURES : 1919



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Lun 21 Avr - 17:05

Enfin, Zoé tu es là ! Admiration
J'avais trop hâte que tu arrives avec notre Cienna chérie, ce PV va envoyer du pâté intense ! Mort de rire

Bien entendu, je suis là pour répondre à tes questions où t'aider si tu as besoin de quoique ce soit, n'hésite pas ! Bonne chance pour ta fichette, mais je sais d'ores et déjà que tu vas tout niquer ! Superman


it lies in all of us
« It will stir... Open its jaws and howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all and we obey. What other choice do we have ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Princesse Héritière de Hvittjell

avatar
Princesse Héritière de Hvittjell
Afficher
ARRIVÉE : 20/04/2014
MURMURES : 47



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Mer 23 Avr - 16:17

Je pense avoir terminé.. Interrogatif

En attendant votre jugement mortel aux puissants admins! Gêné



crédit : code par quantum mechanics || gif par tumblr || #Marie Desplechin
Je ne peux pas croire que ce sont les baisers de princes charmants qui sortent les princesses de leurs siestes séculaires, non, les baisers endorment, ce sont les gifles qui réveillent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Reine consort d'Ibenholt

avatar
Reine consort d'Ibenholt
Afficher
ARRIVÉE : 24/11/2013
MURMURES : 1919



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Mer 23 Avr - 16:55

Haaaaaan, Zoé je savais tellement que tu allais nous faire une Cienna parfaite, elle est sublimissime, j'en ai encore de la bave au coin des lèvres (gère-toi, Sylarne !) Baver

Sérieusement, tu as su incarner ce PV à la perfection et, pour tout te dire, il est largement plus intéressant que l'original, largement plus vivant, plus vibrant et plus nuancé que le PV. J'ai tout adoré et quoique je m'attendais déjà à ce que tu nous fasses des miracles, je suis complètement sifflée ! Yeux roses
Du coup, tout est plus que parfait, je ne peux que te valider officiellement.  Amour 

Puisse l'indomptable étalon guider tes pas dans un monde où tout concoure à le dompter et à l'enchaîner... Arrogant

   


   

Validé(e) !  

Félicitations, très cher pion, et bienvenue sur l'échiquier de Frostfall. Gare à toi, parce qu'ici, la félonie est un plat qu'on sert à toutes les sauces...

   N'oublie pas de recenser ton avatar et de rédiger ta fiche de lien dans la section gestion des personnages. Si tu souhaites avoir ton rang personnalisé, c'est ici que tu dois te rendre !

   Sur ce, nous te souhaitons bon jeu sur Frostfall et espérons que la Fatalité te sera favorable !

   


it lies in all of us
« It will stir... Open its jaws and howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all and we obey. What other choice do we have ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Princesse Héritière de Hvittjell

avatar
Princesse Héritière de Hvittjell
Afficher
ARRIVÉE : 20/04/2014
MURMURES : 47



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   Mer 23 Avr - 17:40

Haan tous ces compliments! S\'Il te plaît C'est trop gentil Caro, je suis contente que mon interprétation te plaise autant si tu savais S\'Il te plaît

Merci, merci et merci encore! Voir que je peux dépasser tes espérances ça me donne de l'espoir pour la suite, fait attention, ce n'est qu'un début... Siffle



crédit : code par quantum mechanics || gif par tumblr || #Marie Desplechin
Je ne peux pas croire que ce sont les baisers de princes charmants qui sortent les princesses de leurs siestes séculaires, non, les baisers endorment, ce sont les gifles qui réveillent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Afficher



MessageSujet: Re: CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!   


Revenir en haut Aller en bas
 

CIENNA LONERIDER ♞ ô mère venez-moi en aide : je n'ai pas l'âme d'une matricide!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chasse entre mère et fille
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Remèdes de grans mère (santé)
» Rien pour écrire à sa mère...
» Dévouée comme une fille envers sa mère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FROSTFALL :: Personnages :: Présentations des personnages :: Présentations validées-