La nouvelle version de Frostfall est arrivée ! Rendez-vous dans ce sujet pour en savoir plus.
Avis aux nobles, n'oubliez pas de recenser votre maison ici, si ce n'est déjà fait.
N'oubliez pas de voter pour Frostfall sur les top-sites une fois toutes les deux heures ! Plus on a de votes, plus on a de membres.

Partagez | .
 

 Worst Behavior » Vex Strider

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Prince aux Fers

avatar
Prince aux Fers
Afficher
ARRIVÉE : 06/02/2014
MURMURES : 1205



MessageSujet: Worst Behavior » Vex Strider   Mer 11 Juin - 1:20

Fiche © Quantum Mechanics


WORST BEHAVIOR

Lorkhan & Vex
L’âcreté qui prend au nez, l'humidité qui sature l'air. Et cette pourriture qui suinte des murs, oui, cette pourriture, il s'en rappelait comme si c'était hier. Qu'elles soient à Ravenhole ou à Ibenholt, qu'elles soient suspendues à plusieurs centaines de mètres du sol ou enfouies dans les profondeurs d'un palais, les geôles semblaient toutes avoir cet air sinistre, puant. Dégueulasse. Le Tombeau ne faisait pas exception et, alors qu'il en parcourait les galeries aux relents viciés, Lorkhan se rappelait quelques-uns de ces moments passés dans l'Aile du Corbeau, chez lui, dans le palais de son propre père, alors que ce dernier l'avait laissé à la merci d'un frère vengeur, sadique. Quels beaux souvenirs, n'est-ce pas ? Aujourd'hui encore, il en gardait une mémoire bien vivante, si bien qu'il pouvait encore sentir les morsures des coups sur son corps, la rudesse des humiliations sur son âme. Ainsi, il aurait été beaucoup plus simple d'oublier, d'essayer du moins, de faire comme si tout cela n'avait été qu'un mauvais songe, un cauchemar un peu trop réel, mais un cauchemar tout de même. Lui, pourtant, avait décidé de ne rien jeter. Bien au contraire, même: il chérissait ces images, cette douleur comme si c'était là la chose qui lui était la plus chère au monde. Sa chair meurtrie ? Il s'en souvenait avec délectation. Le claquement du fouet sur son dos déjà à vif ? Il en nourrissait son ambition. Les menottes rivées à ses poignets ? Il en avait fait un symbole, presque un blason. Non, il n'oublierait tout cela pour rien au monde: c'était une promesse.

Parfois, la lumière qui irradiait de la torche de son guide éclairait des faces hirsutes, aux traits creusés, presque cadavériques. Certains, d'ailleurs, ne réagissaient même pas à leur passage. Les autres, ceux qui avaient encore assez de force, ceux que le froid, l'humidité et la pourriture n'avaient pas encore totalement rendus léthargiques, se ruaient aux barreaux de leurs cellules au passage du Prince et de son escorte. Certains suppliaient, caressant l'ultime espoir que quelqu'un, n'importe qui, leur jette un regard bienveillant, se raccrochant à l'infime possibilité qu'on vienne les libérer, les délivrer, s'effondrant de plus belle lorsqu'ils se rendaient compte qu'on les ignorerait une fois encore. D'autres, dont la santé mentale s'était déjà envolée pour des lieux plus chaleureux, se mettaient à hurler, à rire, à pleurer. Un d'eux tenta même d'attraper le geôlier qui menait Lorkhan et ceux qui l'accompagnaient, passant ses bras squelettiques à travers les barreaux trop écartés de sa prison. Quelque peu surpris, Lorkhan se retourna vers la personne qui le suivait. Vex Strider, à qui il adressa un regard presque amusé. Si le Prince ne goûtait guère l'ambiance pour le moins chaleureuse du Tombeau, il était certain que le Sycophante, lui, s'y plairait comme un porc dans la fange.

Au bout du long couloir qu'ils venaient de traverser, Lorkhan et son escorte arrivèrent enfin à destination. Le geôlier encastra alors sa torche dans le support prévu à cet effet, avant de déverrouiller la porte de son petit bureau à l'aide d'une des innombrables clés qu'il transportait au large trousseau qui pendait à son ceinturon. Faisant un bref signe de la tête au Prince - l'homme n'avait pas dit un mot depuis qu'ils s'étaient rencontrés - , il invitait ce dernier et son acolyte à pénétrer dans la petite pièce, ce qu'ils firent sans attendre, juste avant que la porte ne se referme derrière eux. Il n'y avait plus qu'eux deux, désormais. D'un oeil vif, Lorkhan détailla alors rapidement les lieux. C'était un cabinet de travail plutôt modeste: au centre la pièce trônait un bureau à l'allure rustique, accompagné de deux sièges depuis longtemps usés. Dans un coin, un des rares où l'eau ne gouttait pas des murs, une petite bibliothèque où s'accumulait, dans un chaos quasi total, registres et autres paperasses. Visiblement, le maître de cette partie des geôles était aussi organisé que bavard et, soudain, l'idée que certains prisonniers croupissaient ici alors qu'ils auraient dû être libérés depuis longtemps traversa l'esprit du Prince. Malheureusement pour eux, il n'était pas là pour ça. En fait, il s'en fichait, pour le moment, comme d'une guigne. Alors, son attention se reporta vers Vex. Il détailla l'homme; égal à lui-même. Puis, rompant le silence qui s'était installé alors, Lorkhan finit par lâcher:

« - Je t'ai habitué à mieux, pour nos rendez-vous, n'est-ce pas ? » Le propos se voulait léger, mais seul un sourire fade vint fendre la figure du Prince. Il reprit presque aussitôt: « - Enfin, tu passes assez de ton temps à te pavaner dans tout Jernvugge, à visiter les salons, à profiter de la bonne compagnie, des fastes de la cour. J'espère que tu t'amuses bien ? »  Il n'y avait là aucun reproche, mais une curiosité feinte. Visiblement, Lorkhan n'avait pas la tête à plaisanter, du moins moins qu'à l'accoutumée. « - Aujourd'hui, malheureusement, je vais devoir te demander de mériter ce salaire exorbitant que tu touches de ma part. Il serait dommage que tu rouilles et puis ... » Il se tut un instant, peinant à dissimuler son amusement, réel cette fois, alors que sa pensée se clarifiait dans sa tête: « - ... je suis persuadé que tu t'amuseras autant qu'en harcelant les nobles dames de Jenrvugge. »  Il laissa le silence s'installer de nouveau, guettant la réaction du Sycophante. Finalement, il reprit de plus belle: « - J'imagine que tu es au courant, pour l'évasion de Jora Ebonhand. N'est-ce pas ? »

Cela faisait à peine vingt-quatre heures que l'héritière d'Hulgard Ebonhand avait en effet pris la poudre d'escampette. Si la nouvelle avait été suffisamment bien protégé par Jorkell et son entourage pour ne pas se répandre à travers tout Ibenholt, il ne faisait nul doute que les mieux renseignés étaient déjà au courant. Vex Strider devait immanquablement faire partie de ceux-là. À dire vrai, l'inverse s'avérerait être une horrible faute professionnelle. Lorkhan finit par ajouter: « - Quoiqu'il en soit, il va rapidement devenir urgent de savoir ce qu'il s'est réellement passé cette nuit. »  Son regard se fit plus acéré alors: « - C'est là que tu entres en jeu, mon cher Vex. Comme tu le sais, j'aime avoir un coup d'avance. »

Déjà, il se frottait les mains: il s'apprêtait à prendre non pas un coup, mais un millier de coups d'avance, et son acolyte s'avérait être le pion parfait pour lui permettre pareil coup de génie.


-
Lorkhan Ravncrone,
hand of the king and heir to the throne
« Anger is running through my vains, so fucked it's driving me insane. No health, no hope, nothing but pain. 30 years to go you said i should be the best, you said i have to prove myself, you said we're a family. 30 years ago. Stuck in the holy money game, gave me a number for a name, stole my life and kept the change. Hey man there's a riot goin'on ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'Ombre Pourpre

avatar
L'Ombre Pourpre
Afficher
ARRIVÉE : 29/03/2014
MURMURES : 308



MessageSujet: Re: Worst Behavior » Vex Strider   Dim 6 Juil - 14:36


"The enraged dogs are quickly satisfied
when the cruelty is released  "


Sollicité par Lokhan, Vex ne l'avait plus été ces derniers temps pour suite de préoccupation bien différente d'assassinats à lui fournir. Le dernier travail en date s'accompagnait d'une escorte de sa soeur avec laquelle il avait eut un certain plaisir de discuter. Elle n'était qu'une réelle noble avec l'attirail qui allait avec, néanmoins, elle fournissait au moins le mérite d'avoir du répondant et un côté fortement intéressant. Peut-être aurait-il une nouvelle occasion de peaufiner sa connaissance de cette Dame. En attendant, nombreux événements avaient eu lieu et surtout un particulièrement surprenant et surtout parfaitement piquant qui était la fuite de la belle Jora. Bien évidemment, cette information ne s'était ébruitée que dans certains oreilles et les plus efficaces. Ce n'était bien sûr pas recommandé de laisser cette nouvelle circuler. La question était de savoir si sa convocation était en lien ou non avec cette découverte. Il n'était pas assez naïf pour croire que les deux faits étaient totalement indépendants. Ce n'était pas son genre de laisser la coïncidence gérer sa vie. Ce qui devait arriver se produisait toujours. Le destin avait énormément d'humour et il était sujet à y interagir avec beaucoup de répondant. Ce qui le surpris d'ailleurs n'était pas la rencontre demandée mais plutôt le lieu où ils étaient en train de se rendre. Le tombeau. Ce n'était pas le type de place avec laquelle l'affection était en lien. Personne n'aimait les endroits sombres, cloisonnés et particulièrement peu avenants. Lui se sentait à sa place dans cette pénombre où chaque recoin pouvait abriter sa silhouette, mais surtout où les êtres qui y étaient enfermés n'étaient que cadavres ambulants près à se jeter comme des charognards sur la moindre chair qui serait à disposition. La mort régnait en maîtresse perverse dans ce lieu où la vie était maintenue grâce à l'espoir qui régnait, instaurée par les bourreaux qui jouissaient de cette misère. En somme, cela lui rappelait la misère des quartiers pauvres et les scélérats qu'il pouvait croiser si souvent dans les rues qu'il parcourait constamment. Une ordure parmi les détritus, la différence étant qu'il connaissait bien plus d'atouts lui permettant d'être du bon côté des barreaux. Le souffle froid qui caressait ses lèvres était salvateur et il pouvait sans soucis frissonner de tout son corps, il se sentait davantage à l'aise dans cet environnement ténébreux qu'à la chaleur réconfortante d'un ciel bleu.

Mais malgré l'aisance du paysage, il ne pouvait rester sans se questionner sur la raison de ce choix surprenant. Après tout, qui voudrait se retrouver dans les donjons et les sous-terrains, surtout lorsqu''on était le Prince des lieux, pour entamer une discussion. Peut-être allait-il aux devants de problèmes, ou alors peut-être était-il sujet à quelques suspicions le concernant. Il n'en savait encore rien, mais il allait le savoir très vite. C'était plus que certain. En attendant, il se contenta de laisser ses yeux scruter les cadavres vivants que la torche de leur guide pouvait éclairer de sa faible lueur. En reconnaître certains n'était pas un problème pour l'assassin. Il n'était lié à personne et n'avait aucun dérangement à constater que ceux qu'ils avaient pu côtoyer normalement dans une rue se retrouvaient vouer à la mort de manière imminente. Alors qu'un prisonnier tenta d'attraper celui qu'ils devaient détester le plus, après celui qui avait décidé de les envoyer là, il ne broncha pas restant dans sa démarche droite et contrôlée. Sursauter pour si peu où être surpris n'était pas du tout dans ses habitudes. Sans compter qu'en dehors de la pourriture qu'il pouvait rencontrer dans les bas-fonds, il avait aussi connu la pourriture des geôles puisqu'il avait lui-même était tout un temps du mauvais côté. Il n'en était pas sorti indemne, son corps était maculé de cicatrices diverses, mais pour lui cela n'avait été que des étapes pour façonner celui qu'il était aujourd'hui. Un mal pour un bien, dont il se serait passé certes, mais qui sans ce parcours ne lui aurait pas permis d'avoir cette dureté et expérience tant physique que mentale face à la douleur.  Il sourit alors en coin à son « maître » tandis qu'il lui adressait un sourire amusé mais traduction bien évidente d'une non appréciation de la présence de cet endroit. Tout le monde ne pouvait se sentir à l'aise dans ces lieux mal fréquentés, surtout quand on avait connu que la richesse.

Après une longue marche qui les mena au fond du couloir, leur guide finit par s'arrêter afin de leur offrir une nouvelle ouverture vers une pièce bien précise. LE silence qui les avait encadré depuis le début ne lui avait nullement posé problème. Il avait une grande gueule mais le malaise n'était jamais de mise quand il se taisait. Cependant, la curiosité commençait à se faire imposante et l'envie de savoir la raison de sa présence ici se faisait pressante. Rapidement, ils pénétrèrent non pas à trois mais à deux dans la pièce avant que la troisième personne ne referme la porte sur eux. Il observa la porte refermée un instant avant de faire quelques pas et d'observer la pièce qui était tout aussi peu raffinée que le reste des lieux. Ce n'était pas pour l'ennuyer mais il commençait à soupçonner une discussion qui ne devait guère s'ébruiter et être entendue par des oreilles indiscrètes. En somme, une discussion officieuse qu'il avait de plus en plus hâte d'entendre. Mais il ne comptait pas briser le silence laissant  le Prince venir vers lui et lui annoncer la couleur. Quand ce fut donc le cas, il planta son regard dans celui de son interlocuteur et écouta enfin les mots qui allaient le mettre sur la route.  Il sourit en coin et savait fort bien que ça ne servait à rien de répondre car la suite allait forcément rapidement s'annoncer. Ce qui fut effectivement le cas.  Son sourire s'agrandit encore car maintenant la discussion concernait ses moeurs légères mais ce qui l'amusa était bien évident que le Prince n'arrivait pas directement sur le sujet qui les concernait clairement tournant légèrement autour du pot. Il ne préféra d'ailleurs pas répondre et attendit patiemment. Cela en valut la peine car son regard se fit plus brillant en entendant qu'il souhaitait attendre de lui ce qui était habituel, d'un assassin. Du moins ce fut comme ça qu'il le prit même s'il avait besoin de plus d'informations et que le suspend dans la phrase le poussa  à rester plus qu'attentif. Son sourire se fit quelque peu carnassier. « Je n'en doute pas... » souffla-t-il sombrement avant d'entendre enfin le sujet principal. Son sourire se fit plus intense. Ainsi avait-il vu juste. Il s'agissait bien de Jora et de son évasion dont il était question. Il regarda Lorkhan un instant, yeux dans les yeux avant d'avouer tout simplement innocemment « Oui, je suis au courant. » il aurait été tout aussi malvenu de dire le contraire car c'était plutôt un atout dans son domaine d'avoir des informations qu'on ne dévoile pas. Il n'allait certainement pas dire qu'il l'avait vue partir durant le bal car bien évidemment, il n'aurait jamais pu deviner l'étendue de cette escapade. Juste une vague suspicion vite détournée par l'attaque qui avait eu lieu ce soir là et vu le travail que Sylarne lui avait donné, mais qu'il ne comptait pas non plus dévoiler ce soir. Le meurtre qu'il avait commis avait été particulièrement jouissif et il espérait que le travail qui l'attendait le serait tout autant.

La suite le laissa remplit d'une nouvelle curiosité. Apparemment, Lorkhan attendait pas mal de lui afin d'asseoir une certaine supériorité mais cependant, il ne lui révéla pas plus que ça et laissa le tout en suspend. « Je suis tout à fait disposé à vous aider, cependant il serait plus intéressant si vous entriez enfin dans le vif du sujet. » Il le regarda un instant avec amusement avant d'ajouter en faisant quelque pas dans cette pièce démunie « Je me doute sans difficultés que la tâche ne se réduit pas à tuer Jora. Cela ne vous donnerait aucun coup d'avance, ça vous enlèverait juste une énorme épine du pied. Mais cela m'apparaîtrait bien trop facile et je pense que si vous saviez où elle était, vous n'auriez pas besoin de connaître tout le déroulement de cette fâcheuse soirée. Donc, j'en déduis que vous avez un autre os à me faire ronger. JE suis tout à fait disposé à mettre à votre service toutes mes capacités... alors ne me faites pas languir plus longtemps et alléchez -moi. Cela ne fera que me rendre plus vorace et cruel. ». S'il y avait bien une chose que Vex avait aimé chez Lorkhan, c'était ce détachement certain qui permettait à ce dernier d'accomplir des tâches parfaitement cruelles ou immorales pour le simple fait d'obtenir une satisfaction personnelle. Aussi, il souhaitait découvrir rapidement ce qui allait être son devoir. Observant un peu la pièce il continua « D'ailleurs,  je confirme que vous m'avez habitué à mieux comme rendez-vous romantique. Donc, j'en viens même à penser qu'à part le geôlier, personne ne sait ce que vous allez me demander là maintenant et personne ne doit le savoir. Les morts ne parlent pas et quel lieu plus approprié que le Tombeau pour enterrer toute discussion dans des murs d'une froideur palpable. J'aime votre sens de la mise en scène. » Son sourire se dessina amusé sur les lèvres tandis que ses pas s'arrêtèrent et que son regard plongea de nouveau dans celui de son commanditaire attitré. « Dites-moi tout, sieur Lorkhan. Mon sang bout dans mes veines avec une certaine ardeur... »


Fragrance of Blood
Down ! Bloody knife ! O, down ! Why does thy red face frown ? Why slash thus in the air, as o’er a throat laid bare ? See, the red blood-drops fall, trickling adown the wall. Ha ! How they follow me, like a dark gory sea. No rest by day or night, blood blinds my very sight. My lips are steeped in gore ! No peace ! No ! Nevermore !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Worst Behavior » Vex Strider

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» ZEGER → The worst betrayal is from your faith in humans
» This is your worst nightmare !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FROSTFALL :: Ibenholt :: Jernvugge :: Le Tombeau-