La nouvelle version de Frostfall est arrivée ! Rendez-vous dans ce sujet pour en savoir plus.
Avis aux nobles, n'oubliez pas de recenser votre maison ici, si ce n'est déjà fait.
N'oubliez pas de voter pour Frostfall sur les top-sites une fois toutes les deux heures ! Plus on a de votes, plus on a de membres.

Partagez | .
 

 Lost in the Myst [ Selenia - Avétis ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Langue d'Argent

avatar
Langue d'Argent
Afficher
ARRIVÉE : 13/04/2014
MURMURES : 144



MessageSujet: Lost in the Myst [ Selenia - Avétis ]   Mar 8 Juil - 21:46





B

...........risé. Détruit. Brûlé par un bûcher dantesque dans une dramatique mise en scène des hautes sphères. Dix longues années qu'il n'avait retrouvé la magnificence de la belle d'ébène, présente en ces funestes lieux glacés pour l’événement, aussi radieuse que la première fois que leurs regards se croisèrent, plus belle encore comme si le temps n'avait jamais usé de ses méfaits pour ternir sa peau d'ivoire et assombrir ses prunelles mystérieuses. Tout ce temps passé loin du plaisir de sa compagnie, ne conservant que précieusement le souvenir de ces moments idylliques passés ensemble pour finalement la voir choir sous les coups d'un bourreau sans âme s'attaquant à la plus belle des corneilles, au miel de la terre, ce qu'il avait de plus cher au monde. Les suites de l'attentat contre Lorsei Ravncrone ne furent qu'un enchaînement de drames, l'enfonçant toujours plus dans un mal-être grandissant et le rongeant petit à petit. Tout aussi blessé que la régente, Avétis n'avait pourtant pu crier son désespoir à la foule des invités de marque agglutinés dans l'aula du palais, personne ne savait, tous ignoraient ce qu'ils avaient vécu et la relation forte qui subsistait entre ces deux êtres que tout oppose et sépare. Aussi c'est impuissant, vaincu, qu'il regarda son aimée se faire transporter hors de lieux de la tragédie, suivie de près par ces sangsues avides d'être au plus près de ce qui deviendra plus tard racontars ou autre ragot. Ecœuré, le ménestrel s'était ensuite fait sortir par le reste de la garde, invitant chacun à quitter Jernvugge et mettant fin aux festivités.
Ainsi balayé hors de l'assistance autorisée à demeurer près de la martyr, désirant en son fort intérieur la rejoindre, la retrouver et lui avouer combien il l'aime toujours et combien il pense encore, sans cesse, à elle. Renvoyé à sa modeste condition, il n'avait d'autre choix que de quitter le faste du castel pour la crasse des rues. Errant comme une âme en peine dans les venelles de la froide Ibenholt, il déambula sans but une bonne partie de la nuit, insensible au sommeil et aux vents glacés lui gelant les extrémités. S'arrêtant devant un autel de fortune dédié à Catharis, il entama une longue litanie destinée à sa belle, priant la déesse de faire en sorte qu'elle se rétablisse au plus vite et que ces maux soient vite oubliés. Plongé dans cet élan presque fanatique, il mit un certain temps à reconnaître le quartier de la cité où il se trouvait à présent. A la fumée envahissant les sombres ruelles et à l'odeur caractéristique de métal chaud, il devina qu'il s'agissait de celui des Forges. Pourtant il ne reconnaissait guère les alentours, l'activité des lieux semblait éteinte et réduite à des relent épars. De longues heures avaient du s'écouler depuis qu'il avait stoppé sa flânerie forcée, la nuit était d'un noir d'encre, l'astre lunaire à peine visible, et la morsure polaire d'une brise nocturne vint brusquement le ramener à la réalité. En quittant le palais, Avétis n'avait pas récupéré ses effets et n'était accoutré que de ses atours les plus richement ornés, confectionnés dans un tissu bien trop léger pour affronter le temps rigoureux du nord, le froid menaçait de la saisir à tout instant. A quoi bon … Songea t-il en proie à des pensées obscures. Autant abandonner le navire avant qu'il ne sombre dans les abysses. Ne dit pas-t-on que succomber au froid est la plus paisible des morts ? Plongé dans ces funestes desseins, un autre blizzard l'y extirpa avec plus de brutalité encore. Il lui fallait trouver un refuge pour le reste de la nuit...
Scrutant dans l'ombre les bâtisses accolées dans son champ de vision, il remarqua ce qui semblait être une modeste échoppée à la devanture abîmée par le temps et les tempêtes, mais de laquelle brillait une faible lueur, signe d'activité même à cette heure tardive. L'enseigne tout aussi décrépie permettait de lire malgré les bouts de lettres effacées « La Musette, Apothicaire. » Rassemblant ce qu'il lui restait d'humanité et de volonté, Avétis entreprit de se relever et d'approcher ce lieu intriguant qui peut-être lui offrirait l'hospitalité. La porte vitrée s'ouvrit dans un grincement sonore sur son passage et une clochette accrochée sur le battant acheva de signaler sa présence. Une simple bougie était posée sur un grand comptoir de bois foncé, dont la flamme vacillante révélait une impressionnante suite d'étagères tout remplies d'objets, bocaux, vases au contenu mystique et très odorant. A part ce qui devait être une souris qui détala lorsqu'il entra dans la boutique, la pièce était aussi vide que son coeur la veille encore bercé d'illusions.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Dame Grise

avatar
La Dame Grise
Afficher
ARRIVÉE : 28/06/2014
MURMURES : 362



MessageSujet: Re: Lost in the Myst [ Selenia - Avétis ]   Mer 9 Juil - 20:52

Fiche © Quantum Mechanics
Avétis & Selenia
   Lost in the Myst
   
L
a journée avait été plus que longue à La Musette. Une poignée de clients s’y était présentée et elle n’avait qu’une seule commande à honorer pour la semaine prochaine. Rien qui lui demandât beaucoup de temps et d’efforts, un simple mélange de thés pour faciliter l’assoupissement d’un époux irritant. Si la journée avait été longue, la nuit précédente en revanche avait quant à elle été particulièrement courte. En effet, la jeune femme avait eu une idée de décoction en feuilletant les carnets de son père et elle avait donc passé de longues heures dans son laboratoire jusqu’aux premières lueurs de l’aube.

Après un rapide petit-déjeuner, Selenia avait donc ouvert l’apothicairerie un peu somnolente. Ce n’était pourtant pas sa première nuit blanche, alors pourquoi lui était-il si difficile de garder les yeux ouverts ? Heureusement, à chaque fois qu’elle piquait du nez, la clochette de la porte retentissait et elle parvenait ainsi à s’extirper de sa torpeur brumeuse. Ce ne fut qu’au milieu de l’après-midi que l’idée lui vint que sa préparation, jusque-là pas très concluante, avait dégagé beaucoup de vapeur, exhalaisons qu’elle avait joyeusement inhalé pendant une partie de la nuit.

Elle avait soudainement pâlit sous le choc de l’illumination, puis s’était raisonnée car il s’agissait, somme toute, d’ingrédients inoffensifs puisqu’elle travaillait sur un remède contre les lendemains de beuverie un peu difficiles. Aurait-elle dû mourir à cause de ces vapeurs, il était probable qu’elle fût déjà morte ; or ses considérations sur la vie et la mort la plaçaient pour l’instant dans le royaume des vivants. Ce qui était plutôt une bonne nouvelle.

La seconde moitié de l’après-midi lui fut fatale. Le silence régnait dans La Musette, les clients brillaient par leur absence et la douce chaleur de la fin de journée l’entourait de son agréable langueur. Assise sur un haut tabouret derrière son comptoir d’amarante violâtre, les bras croisés sur le bois parfaitement poli et ciré, Selenia s’endormi.

Il fait nuit, la ville est calme, vide. La brume a remplacé la foule agitée si caractéristique du Quartier des Forges. Elle s’enroule souplement autour de la silhouette encapuchonnée qui marche d’un vif et pourtant discret, elle la protège de la nuit, la soustrait à la vue des autres. L’adolescente est fière d’elle : son nouveau poison a tenu toutes ses promesses. Bien sûr, ce n’était qu’un premier essai, la mort avait été plus douloureuse qu’elle ne l’avait espéré et il lui faudra donc améliorer la formule, mais personne n’avait assisté à l’exécution. Personne ne peut affirmer qu’il s’agit là d’un meurtre et non d’une quelconque défaillance du corps. Un mince sourire triomphant étire ses lèvres : bientôt, elle sera même plus douée que son propre père. En silence, elle se glisse dans le sous-sol de l’apothicairerie de ses parents où elle rabaisse son capuchon et libère ses longs cheveux roux avant de remonter dans la boutique puis à l’étage. Là, elle appelle son père pour partager avec lui sa joie devant l’efficacité de son poison, mais il ne répond pas. Elle pousse doucement la porte de la chambre parentale pour y jeter un coup d’œil : vide. Perplexe, la jeune femme traverse l’étage jusqu’au laboratoire dont la porte est fermée. Elle l’appelle de nouveau mais seul le silence lui répond. A présent, l’inquiétude la gagne, pourquoi son père ne répond-il pas ? Elle prend une grand inspiration pour se donner du courage et ouvre la porte, révélant le capharnaüm du laboratoire : les établis croulent sous les ingrédients divers, en vrac ou en bocaux, et les instruments d’alchimie tels que cornues ou mortiers et pilons. Son regard embrassa la pièce vide avant de remarquer une forme sombre effondrée sur le sol. Père !


Selenia se réveilla en sursaut, le cœur battant douloureusement dans sa poitrine serrée, lorsque la clochette de la porte retentit, lui indiquant qu’un client venait de faire son entrée. Dehors, la tempête hurlait. La pièce était étrangement sombre, seul le bout d’une chandelle finissait tranquillement de brûler de l’autre côté du comptoir. La nuit serait-elle déjà tombée ? L’apothicaire tourna la tête vers la fenêtre qui l’informa qu’effectivement, la nuit était bel et bien tombée. Elle fronça les sourcils : que s’était-il passé ? Elle avait dormi jusqu’à cette heure avancée de la nuit ? Et ce rêve… Non, cette réminiscence du passé qui lui était revenue ainsi avec une précision parfaite. La douleur et la peine qu’elle avait ressenties cette nuit-là lui étaient revenues brutalement, tout aussi vivace qu’avant, l’avaient submergée comme les vagues de l’océan pendant la tempête. Elle se frotta le visage, autant pour essayer d’en chasser le sommeil que le chagrin. Le passé devait rester dans le passé, elle n’avait pas besoin de ça dans sa vie. Ses parents étaient morts depuis longtemps, elle ne pouvait rien faire si ce n’était accepter et aller de l’avant.

La jeune apothicaire quitta son tabouret pour se placer au milieu du comptoir, avec l’espoir d’apercevoir la personne qui était entrée dans sa boutique à cette heure si tardive. Elle découvrit un jeune trentenaire blond qui lui sembla anéanti. Il était pourtant richement vêtu, venait-il du grand bal dont toute la ville parlait depuis des semaines ? Et surtout, que venait-il faire ici, dans une apothicairerie, au milieu de la nuit ? Elle haussa un sourcil perplexe mais donna à sa voix une inflexion chaleureuse.

« Bonsoir, soyez le bienvenu. Vous avez de la chance, d’habitude je suis fermée depuis des heures. Vous avez besoin de quelque chose en particulier ? Thés, remèdes, élixirs ? Ou un produit moins… Conventionnel, peut-être ? »


I do not spread rumors. I create them.
Demons run when a good man goes to war. Night will fall and drown the sun, when a good man goes to war. Friendship dies and true love lies, night will fall and the dark will rise, when a good man goes to war.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://fumzukislibrary.wordpress.com/

Langue d'Argent

avatar
Langue d'Argent
Afficher
ARRIVÉE : 13/04/2014
MURMURES : 144



MessageSujet: Re: Lost in the Myst [ Selenia - Avétis ]   Jeu 10 Juil - 18:27





D

...........ans son désespoir, le ménestrel aurait souhaité que l'échoppe demeurât vide, l'histoire de pouvoir simplement s'y réfugier sans avoir à baigner dans le flot de la sociabilité. La solitude lui avait été bienfaisante et il aurait espéré pouvoir en profiter quelques instants de plus. Mais à quoi s'attendait-il en pénétrant ainsi chez autrui ? Douce illusion que de penser que personne n'aurait été alerté par son intrusion nocturne et n’accouerait s'enquérir de sa requête, après tout il était chez un apothicaire et comme tout bon commerçant d'Ibenholt et ne manquerait pas de chercher à l'embobiner. Aussi il fût très vite rejoint après son entrée toute sauf discrète. A sa grande surprise le mercante auquel il s'attendait était une frêle jeune fille dont les cheveux de souffre étaient irradiés par la lumière tamisée. Discrète apparition la faisant paraître comme une mystique ou quelconque sorcière en ces lieux inquiétants. Cependant la malgré l'heure et la probable interruption de sa nuitée, la donzelle était fort aimable et s'adressa au jouvenceau comme si sa visite n'était pas aussi incongrue. L'ironie de la situation et son manque flagrant de savoir vivre lui revint en plein visage comme le vent cinglant qui soufflait au dehors. «  Heu ...mh... Excusez moi, mademoiselle, heum...madame … Je n'ai pas fais attention à l'heure qu'il était … J'étais dans le coin et le froid se faisant de plus en plus rigoureux j'ai eu pour stupide idée de chercher un endroit où me réchauffer, j'ai vu de la lumière alors je suis entré. » Son discours était aussi bancal que sa stature dépitée, mais il était plus que sincère. « Quel idiot fais-je à venir vous importuner en cette heure plus que tardive, si je vous dérange faites m'en part, je m'en retournerai dans la nuit. » Enchaîna t-il avec timidité. Gêné d'avoir sorti du sommeil une belle citoyenne de la capitale nordique. Tout en se confondant en excuses auprès de la maîtresse des lieux, son regard balayait la modeste salle où elle officiait. Une odeur de musc très forte embaumait la pièce d'étranges effluves, presque enivrantes, de l'encens avait été brûlé récemment brûlé et participait à ce mélange olfactif. Les étagères quant à elles étaient tout aussi intrigantes, certaines présentaient même des trésors d'horreurs, de formes étranges et organiques enfermées dans de gros bocaux flottaient dans un liquide ambré. Des tas de de paniers étaient emplis de plantes séchées ou d'autres reliquats, et pléthore de flacons de différentes tailles étaient alignés un peu partout où il restait de la place. «  Cependant je prendrais bien quelque chose de chaud à boire, du thé si cela ne vous gêne pas …. »  Toujours grelottant, un remontant lui ferait la plus grand bien, quitte à maintenant être ici en présence de son hôte inattendue. «  Au fait, je ne me suis pas présenté, je manque vraisemblablement de bonnes manières, pardonnez moi une nouvelle fois. Je me nomme Avétis Raven, mais je suis plus connu comme Langue d'Argent. J'officie comme trouvère itinérant pour les grandes cours de Middholt, c'est à l'occasion du bal de la Grande Mascarade que je me trouve ici. Et vous, milady ? » Lui demanda t-il en s’accoudant au comptoir comme s'il était convenant de tailler la bavette avec quelqu'un que l'on vient de sortir du lit sans raison.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Dame Grise

avatar
La Dame Grise
Afficher
ARRIVÉE : 28/06/2014
MURMURES : 362



MessageSujet: Re: Lost in the Myst [ Selenia - Avétis ]   Ven 11 Juil - 21:38

Fiche © Quantum Mechanics
Avétis & Selenia
   Lost in the Myst
   
I
mmobile dans l’entrée de la boutique, le jeune homme sembla ennuyé de voir qu’il n’était pas seul. Selenia haussa un sourcil perplexe : on n’entrait pas dans une échoppe sans se douter qu’il y aurait au moins une personne dedans, propriétaire ou employé. Ce fut pourtant le cas du blondinet, apparemment. La jeune femme secoua la tête, sentant poindre le désespoir. Sur quel énergumène était-elle encore tombée ? La Musette attirait une foule de clients plus ou moins désaxés, mais celui-là lui donna l’impression d’être un sacré cas. Cependant, lorsqu’il retrouva sa langue, il parut à l’apothicaire qu’il commençait à reprendre contenance, même si son palabre était assez… particulier. Ainsi, il était entré dans le premier bâtiment déverrouillé parce qu’il faisait froid dehors. La situation devenait de plus en plus étrange. L’homme était richement habillé, pourtant il avait des airs de vagabond ahuri. Selenia ne savait qu’en penser : qui donc était cet illuminé qui entrait dans une boutique au milieu de la nuit et paraissait surpris d’y trouver quelqu’un ? Il se confondit ensuite en excuses, affirmant que si elle le désirait, il repartirait sur le champ. L’idée lui parut séduisante, les brumes du sommeil enfumaient encore son esprit, alourdissaient ses paupières et asséchaient ses yeux fatigués. Mais son sens des affaires repris le dessus lorsque le jeune homme retrouva son allure confiante et s’avança entre les étagères, regardant de droite et de gauche avant de lui dire qu’il boirait bien quelque chose de chaud, de préférence du thé. Il ne prenait pas trop de risques en demandant du thé chez une apothicaire.

Le jeune homme daigna finalement se présenter alors qu’il s’accoudait déjà au comptoir violâtre de la boutique. Avétis Raven, dont le surnom de Langue d’Argent avait largement fait le tour du pays. Langue d’Argent et Dame Grise, Selenia gloussa intérieurement ; une sacrée par faisaient-ils là ! Ils étaient tous les deux connus dans le pays entier, et pourtant l’un pouvait jouir de cette notoriété en recevant des invitations dans les cours les plus riches de Middholt tandis qu’elle devait faire tout son possible pour maintenir les doutes quant à son existence même. La Grande Mascarade s’était déroulée quelques heures plus tôt ; évidemment Selenia n’y avait pas pris part, ni en tant qu’invité, ni en tant que visiteur de l’ombre. Elle fronça légèrement le nez et les sourcils devant sa soudaine familiarité et les traces qu’il laissait sur le bois précieux du comptoir mais décida de jouer le jeu.

« J’ai effectivement entendu parler de vous. C’est un honneur que de recevoir dans ma modeste échoppe un homme d’une telle renommée. Je suis Selenia Defthand, apothicaire. La Musette m’appartient. »

Elle se détourna et s’éloigna du comptoir pour se diriger vers le coin de la pièce où se trouvait un âtre assez grand pour contenir un chaudron de taille moyenne et réchauffer ses alentours direct. Elle versa de l’eau dans une bouilloire et l’accrocha au-dessus du feu chaleureux.

« Vous avez vraiment beaucoup de chance, Avétis. Offrir ma marchandise n’est pas non plus dans mes habitudes, mais je suppose qu’au point où j’en suis, je ne suis plus à ça près. »

Selenia mit à profit le temps que l’eau bouillît pour préparer un mélange de thés qu’elle appréciait particulièrement. Il lui rappelait la chaleur des Îles Brûlées et l’opulence de Sade ; un véritable voyage bien loin de la grisaille glaciale d’Ibenholt où elle passait la plupart de l’année. Elle retira ensuite la bouilloire du crochet suspendu au-dessus de feu, revint vers Avétis et leur servit deux tasses de liquide fumant après l’avoir laissé infuser juste assez de temps pour que le thé fût parfait. Elle resta cependant de son côté du comptoir. La jeune femme enroula ses doigts autour de la tasse brûlante et la porta à son nez pour humer le parfum délicat et délicieux qui s’en échappait. Déjà, Ibenholt s’éloignait de son esprit.

« J’espère que vous apprécierez mon choix. Ce mélange m’emmène toujours loin d’Ibenholt, il me serait agréable qu’il en soit de même pour vous. »



I do not spread rumors. I create them.
Demons run when a good man goes to war. Night will fall and drown the sun, when a good man goes to war. Friendship dies and true love lies, night will fall and the dark will rise, when a good man goes to war.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://fumzukislibrary.wordpress.com/

Langue d'Argent

avatar
Langue d'Argent
Afficher
ARRIVÉE : 13/04/2014
MURMURES : 144



MessageSujet: Re: Lost in the Myst [ Selenia - Avétis ]   Jeu 24 Juil - 18:27





I

...........l attrapa la tasse sans se faire prier et la porta à ses lèvres. Le liquide était brûlant sur son palais refroidi par la nuit, mais la chaleur ne l’empêchait pas de reconnaître chacune des épices et autres composants de la boisson. C'était une sensation vivifiante que de sentir cette nuée dans son corps, cela le transportait à la façon dont Selenia l'avait décrit. Aussi en fermant les paupières il se serait cru à des lieux de la petite échoppe d'Ibenholt.

«  Ma dame, je vous remercie pour l'accueil que vous m'offrez. Sachez que je suis un honnête homme et que je vous payerai comptant ce que je vous dois pour votre hospitalité, vous n'avez rien à m'offrir si ce n'est votre fort aimable compagnie, qui me réchauffe l'âme autant que ce délicieux breuvage. » Le mélange de l'apothicaire l'avait remit d'aplomb, il se sentait à présent plus vigoureux que lorsqu'il était entré dans La Musette. Ainsi il avait à faire à la propriétaire des lieux, quel sot faisait-il à penser qu'elle n'aurait pu être que petite main, préparatrice tout au plus, travaillant pour un quelconque maître. Le nom de Defthand ne lui disait rien, aussi ne connaissait-il que les maisonnées de grande renommée et non les gens qui comme lui venaient de la roture. Les cheveux de feu de Selenia lui rappelaient la flamboyante Arda, bien qu’apparemment porter ainsi une marque du démon ne rendait pas tout le monde fougueux. De la jeune femme émanait une plénitude contagieuse, comme si sa modeste vie lui était toute satisfaisante. Curieux, le trouvère ne put s'empêcher de lui demander.

« Dites moi, comment se porte votre commerce, Selenia ? Si je vous puis appeler ainsi. Il me semble que la concurrence est plutôt rude en cette cité, et je ne suis guère au fait des services qu'une apothicaire à à proposer. Pardonnez mon ignorance, je n'ai de cesse d'accompagner les différentes cours de Middholt et je dois dire que je me suis peut-être trop habitué à tout recevoir sur des plateaux ornés. »

Sa vie à lui aux différents castel n'était que faste et luxure, il en avait oublié le plaisir simple d'une existence tranquille, loin des intrigues et autres manigances qui régissent les plus grands. Se retrouver en ces lieux en compagnie du parfait exemple de ce qui lui était inconnu éveillait en lui un sentiment d'envie, comme s'il avait voulu partager le quotidien relatif à sa réelle condition. Les dieux avaient étés cléments avec sa personne et lui avait donné une voix enchanteresse, un don précieux pour faire vibrer les foules, la possibilité de sortir de l'anonymat et de vivre aux côtés de la noblesse, et pourtant, cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi bien. La boutique était une antre aux milles trésors, il aurait voulu connaître chacune des substances présentées sur les étalages, savoir le contenu de chaque bocal.
«  Qu'est ce donc ? » Demanda- t-il en pointant du doigt une fiole particulièrement sombre à demi cachée dans la pénombre.
Bien que reprenant des couleurs, sa mine était toujours empreinte de tristesse et il essayait surtout de penser à tout ce qu'il avait sous les yeux, plutôt que de revenir à ses sombres pensées qui lui pilonnaient toujours plus le moral.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Dame Grise

avatar
La Dame Grise
Afficher
ARRIVÉE : 28/06/2014
MURMURES : 362



MessageSujet: Re: Lost in the Myst [ Selenia - Avétis ]   Sam 2 Aoû - 18:46

Fiche © Quantum Mechanics
Avétis & Selenia
   Lost in the Myst
   
S
elenia eut un éclat de rire et du reposer délicatement la tasse sur le comptoir d’amarante pour ne pas renverse de thé brûlant partout. Elle ne voulait pas gâcher un tel mélange, ni s’ébouillanter les doigts. Le jeune artiste voulait la payer pour une tasse de thé, l’idée lui était hilarante. Elle pouvait tout à fait se permettre d’offrir une tasse de thé, après tout elle se servait plusieurs fois par jour dans ses propres produits sans que cela n’impacte son chiffre d’affaires.

« Mon cher Avétis, je ne saurais même pas combien vous faire payer une simple tasse de thé ! Mon commerce se porte justement bien, largement assez bien pour que je vous offre une tasse de thé. »

Quelques gloussements peu distingués secouèrent encore les épaules de la jeune femme avant qu’elle n’arrive à se reprendre et continuer. On ne pouvait ignorer le mépris qui transparaissait dans les paroles de Len.

« Je n’ai que faire de la… « concurrence ». La ville est certes grande, mais je suis l’apothicaire qui offre les meilleurs produits et les meilleurs services. Toutes, et je dis bien toutes, les substances que l’on a pu vous apporter sur un plateau doré au château d’Ibenholt viennent de chez moi. Ma réputation n’est plus à faire ; il m’arrive de recevoir des commandes des cours voisines. Croyez-vous donc que je doive m’inquiéter de la concurrence ? »

Elle fronça dédaigneusement le nez ; ce n’était pas très digne pour une dame, mais sans équivoque. L’ironie de la situation la fit ensuite sourire : si La Musette n’avait effectivement pas de soucis à se faire et si Selenia pouvait bel et bien se contenter de la boutique pour vivre, sa richesse venait de son autre activité. Et quel meilleur moyen de blanchir de l’argent que d’acheter des produits pour l’apothicairerie pour les revendre ensuite ?

« Les apothicaires offrent bien des services ; nous sommes très polyvalents. Nous fournissons tous les produits possibles et imaginables, depuis le thé le plus commun à l’aphrodisiaque le plus difficile à obtenir. Nous sommes aussi les personnes à faire mander en cas de blessures car nous sommes les plus à-mêmes, grâce à nos produits et nos potions, d’empêcher la corruption de s’installer et ainsi épargner une agonie atrocement douloureuse au blessé. »

Len se retourna, cherchant des yeux ce qu’Avétis lui désignait ainsi du doigt, et haussa un sourcil perplexe. Qu’est-ce que ce truc faisait ici ? Il n’avait absolument rien à faire là. Avait-elle oublié de le ranger ? La jeune femme tendit le bras et s’empara de lu flacon sombre, posé nonchalamment entre deux jarres plus volumineuses sur l’étagère. Elle avait dû le poser là pour faire quelque chose avant de le ranger à sa place sous le comptoir, à l’abri des regards indiscrets et des doigts malhabiles des clients. Elle ne fit tourner un instant entre ses doigts, un sourire flottant sur ses lèvres, avant de le ranger sous le comptoir violet.

« Les apothicaires fournissent officiellement toutes sortes de produits. Officieusement, ils peuvent aussi fournir certains produits plus ou moins légaux, nocifs ou addictifs. Mais ce genre d’informations ne doit pas franchir le pas de la porte d’une boutique, si vous voyez ce que je veux dire. »

La fiole en question contenait une drogue particulièrement chère car rare et difficile à créer. Une fiole de ce genre se vendait pour plusieurs centaines d’écus d’or. C’était un dérivé d’opiacé qu’il fallait distiller durant de longues heures pour obtenir un produit utilisable. Deux ou trois gouttes suffisaient à envoyer un esprit très loin pendant des heures, et l’addiction était très rapide. Le peuple  serait surpris de savoir que bon nombre des personnes influentes de bien des royaumes avaient une addiction du genre que Selenia se faisait un devoir de satisfaire grâce à ses meilleurs produits.




I do not spread rumors. I create them.
Demons run when a good man goes to war. Night will fall and drown the sun, when a good man goes to war. Friendship dies and true love lies, night will fall and the dark will rise, when a good man goes to war.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://fumzukislibrary.wordpress.com/
Contenu sponsorisé



Afficher



MessageSujet: Re: Lost in the Myst [ Selenia - Avétis ]   


Revenir en haut Aller en bas
 

Lost in the Myst [ Selenia - Avétis ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Roxas Myst [Refusé]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Myst eyes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FROSTFALL :: Ibenholt :: Quartier des Forges :: La Musette-