La nouvelle version de Frostfall est arrivée ! Rendez-vous dans ce sujet pour en savoir plus.
Avis aux nobles, n'oubliez pas de recenser votre maison ici, si ce n'est déjà fait.
N'oubliez pas de voter pour Frostfall sur les top-sites une fois toutes les deux heures ! Plus on a de votes, plus on a de membres.

Partagez | .
 

 D'une guérisseuse à une apothicaire [Selenia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Afficher
ARRIVÉE : 08/07/2014
MURMURES : 17



MessageSujet: D'une guérisseuse à une apothicaire [Selenia]   Dim 3 Aoû - 12:35



    Freya Snowhelm avait obtenu des dons de guérison en étudiant avec application l'art de soigner. Depuis son enfance, on l'avait soigneusement instruite de cet art et en vieillissant, elle avait continué à pratiquer cet art qui était de fait extrêmement utile. Elle avait ainsi réussi à sauver plus de personnes qu'elle ne l'aurait cru … mais apprenant également comment la sagesse de guérir pouvait aussi apporter l'ombre du poison dans son ombre. Son savoir, Freya le cultivait avec beaucoup d'attention et de patience. Elle se servait pour cela de toutes les possibilités mises à sa disposition. Rudrik Wintermane, son époux, le savait pertinemment. Plus âgé qu'elle, il s'était révélé un époux attentif à sa jeune épouse mais également un homme fort brillant, qui avait très vite compris tout l'intérêt d'avoir une guérisseuse pour épouse. Bien souvent, il la taquinait, lorsqu'ils n'étaient qu'eux, en lui disant qu'elle finirait par user son savoir pour obtenir un époux plus jeune. En vérité, jamais Freya n'aurait fait de mal volontairement à son époux. Elle l'appréciait très sincèrement, même si il était évident que la passion n'avait jamais réellement flambé entre eux.

    “-Rudrik ? Je peux te parler ?” A la porte du bureau de son mari, Freya attendait paisiblement. Il était visiblement seul et il ne faisait aucun doute ou presque que son époux allait l'inviter à entrer afin qu'ils puissent discuter de ce qui tracassait Freya. En effet, un bref signe de tête de la part de son époux fit pénétrer Freya dans cette pièce qu'elle aimait énormément. En tant que patriarche des Wintermane, Rudrik avait une position tout à fait particulière et sa présence dans ce bureau en était l'illustration. Freya avait vite compris que même si elle n'était pas d'accord avec toutes les décisions de Rudrik, il lui faudrait trouver un moment de le lui faire comprendre sans même en doute sa virilité et sa place de patriarche. Avec les années, la jeune femme y parvenait de mieux en mieux, même si ce n'était pas encore parfait, bien entendu. S'installant dans un des fauteuils du bureau de son époux, Freya attendit qu'il vienne la rejoindre. Mais ce jour-là, il resta assis à son bureau et Freya comprit donc que les habitudes n'auraient pas cours, ce jour-là.

    Soupirant, elle se releva, pour aller jusqu'au bureau de Rudrik.“-J'aimerais aller à Ibenholt pour quelques jours. On m'a parlé d'une femme qui connaîtrait des techniques tout à fait intéressantes, notamment dans le soin des blessures purulentes.” Déjà, elle en était sûre, Rudrik ne l'écoutait plus: il pesait déjà le pour et le contre de la laisser aller jusqu'à Ibenholt. Elle le savait bien entendu, les temps étaient difficiles et dangereux, mais rester dans la demeure de son époux jusqu'à la fin des temps ne permettrait à personne de progresser. Respectant le silence de Rudrik, Freya laissa son esprit vagabonder. Elle aimait se rendre seule à Ibenholt, en vérité. C'était comme une bouffée d'oxygène, tout comme quand elle se rendait dans la demeure des Snowhelm. Là-bas, elle se retrouvait, elle et non pas l'épouse et la mère qu'elle était devenue.

    Finalement, Rudrik reprit la parole. “-Je viendrais avec toi. Je dois moi-même me rendre là-bas.” La sentence était prononcée mais Freya était bien trop contente de cette possibilité pour chercher à contester. Après tout, Rudrik ne la dérangeait pas.

    Ils prirent la route dès le lendemain mais ce ne fut que plus d'une semaine après cette discussion que Freya put trouver l'occasion de fausser compagnie à son cher époux pour se rendre jusqu'à l'échoppe dont on lui avait parlé. Si les rumeurs étaient vraies, Freya savait qu'elle arriverait chez une guérisseuse très intéressante. La contrepartie serait sans doute qu'il lui serait extrêmement complexe de la convaincre de lui enseigner ce qu'elle savait. Afin d'être en mesure de négocier, Freya avait emporté avec elle des plantes parmi les plus difficiles à trouver, qu'elle avait elle-même été trouvé dans les montagnes. Cela lui prenait un temps certain, de trouver les plantes qu'elle utilisait dans ses remèdes. Mais l'enseignement d'une autre guérisseuse valait bien ce genre de sacrifices, Freya le savait. Freya Snowhelm avait revêtu un lourd capuchon gris au-dessus de sa robe et des bottines noires qu'elle portait afin de rejoindre la boutique de celle qu'on nommait Selenia.

    Il lui fallait se rendre dans le Quartier des Forges pour trouver la Musette. Freya ne trouva cependant pas tout de suite cette boutique. En effet, la Musette était bien loin de vous sauter aux yeux quand vous arriviez dans ce quartier. Il fallait vouloir la trouver pour mettre la main dessus, du point de vue de Freya. Ce ne fut qu'après près d'une demi-heure à tourner dans ce quartier qu'elle parvint finalement à trouver la dite boutique, qui ne payait guère de mine. S'approchant, Freya prit une grande respiration avant d'en ouvrir la porte. Pénétrant dans la boutique, elle rejeta son capuchon sur ses épaules et laissa ses yeux s'adapter à la luminosité de l'endroit, tandis qu'elle cherchait la jeune femme qu'on lui avait conseillé de rencontrer. “-Selenia Defthand ?” Sa voix était posée et calme, tandis qu'elle cherchait l'apothicaire censée être la propriétaire de l'endroit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Dame Grise

avatar
La Dame Grise
Afficher
ARRIVÉE : 28/06/2014
MURMURES : 362



MessageSujet: Re: D'une guérisseuse à une apothicaire [Selenia]   Jeu 14 Aoû - 22:37

Fiche © Quantum Mechanics
Freya Snowhelm & Selenia Defthand
   D'une guérisseuse à une apothicaire
   
L
a clochette retentit doucement dans l’atmosphère silencieuse de la boutique lorsque la porte s’ouvrit pour laisser entrer un client. Ou plutôt une cliente, comme la voix qui s’éleva quelques secondes plus tard en informa la propriétaire de la Musette. Une cliente qui, par ailleurs, semblait la chercher puisque ce fut son nom qui fut appelé dans la boutique déserte.
« Bienvenue à la Musette. Je suis Selenia Defthand. Avancez, je suis derrière le comptoir. »
En effet, la jeune femme se trouvait comme à son habitude derrière le comptoir d’amarante. C’était le meuble qu’elle préférait dans la boutique. Le bois, violet et lustré, était particulièrement rare et cher dans cette région du monde, et elle en prenait le plus grand soin. Elle avait donc étendu un linge sur une bonne partie du comptoir pour travailler sur une commande.
La flamme d’une bougie chauffait un petit récipient dans lequel se trouvait de l’eau. En attendant que le liquide arrive à ébullition, Len réduisit de ses mains gantées des graines séchées en une poudre très fine à l’aide d’un mortier et d’un pilon en bois de chêne très résistant. A chaque tour, elle sentait les graines résister un instant avant d’éclater sous la pression et bientôt elle obtint la fine poudre qu’elle désirait. Pendant tout ce temps, elle avait regardé d’un œil sa cliente approcher. Elle devait avoir la trentaine, avait de longs cheveux bruns et portait une lourde cape de voyage. Apparemment, elle n’était pas de la région.
« Vous me cherchiez, ma dame ? »
Elle la regarda de haut en bas avant de reporter son attention sur sa préparation. Elle versa délicatement cinq pincées de poudre dans l’eau bouillante et s’empara d’une tige fine et longue tige de verre pour remuer doucement la solution et dissoudre la poudre de graines. Le prochain propriétaire de cette fiole en devenir aurait de quoi assommer un cheval pour quelques heures, si cela ne lui était pas suffisant pour s’endormir, elle ne pouvait plus rien faire pour lui. Elle souffla enfin la bougie et se redressa avant de reprendre la parole.
« Que puis-je faire pour vous ? Vous voulez raviver la flamme avec votre mari, peut-être ? Ou votre amant, d’ailleurs. Ou une décoction pour éviter une grossesse ? »
C’était, après tout, ce que les femmes lui demandaient le plus souvent. Beaucoup lui demandaient en fait les deux. Selenia pensait que ces femmes désiraient pimenter leur vie sexuelle en usant et abusant d’amants mais devaient du même coup éviter la naissance de petits bâtards qui jetteraient la honte sur leur bonne famille. Ah ! qu’il lui était agréable de n’être qu’une roturière célibataire libre de ses actes et de ses fréquentations.
Une fois le liquide un peu refroidit, Selenia plaça une fiole sur un support, y inséra un minuscule entonnoir et se saisit du récipient de métal à l’aide d’un épais chiffon pour ne pas se brûler les doigts et remplir délicatement la fiole de verre. Le somnifère était puissant et très cher, il ne fallait pas en renverser la moindre goutte.


I do not spread rumors. I create them.
Demons run when a good man goes to war. Night will fall and drown the sun, when a good man goes to war. Friendship dies and true love lies, night will fall and the dark will rise, when a good man goes to war.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://fumzukislibrary.wordpress.com/
 

D'une guérisseuse à une apothicaire [Selenia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gweddry Isadanrel [Apothicaire]
» Aedes Sengir [Herboriste & Apothicaire]
» Fleur de lune, jeune et jolie guérisseuse
» Cybel, fée guérisseuse
» Agnès Malesherbes - Apothicaire et sage-femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FROSTFALL :: Ibenholt :: Quartier des Forges :: La Musette-