La nouvelle version de Frostfall est arrivée ! Rendez-vous dans ce sujet pour en savoir plus.
Avis aux nobles, n'oubliez pas de recenser votre maison ici, si ce n'est déjà fait.
N'oubliez pas de voter pour Frostfall sur les top-sites une fois toutes les deux heures ! Plus on a de votes, plus on a de membres.

Partagez | .
 

 Annales de Middholt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Dame Fatalité

avatar
Dame Fatalité
Afficher
ARRIVÉE : 24/11/2013
MURMURES : 155



MessageSujet: Annales de Middholt   Mer 19 Mar - 18:55



Annales de Middholt



Datation

Une ère dure mille ans.

La notation de la date se fait comme suit : Mois, (# de l'ère en cours)E année.
Exemple : Décembre, 5E 931.

Seuls les éléments marquants de l'Histoire de Middholt ont été confinés dans les annales.

Première Ère

1E 0 — La fuite des Premiers Hommes. Après la Guerre des Dieux et le Sacrifice de Catharis, les Premiers Hommes quittent Middholt, persuadés qu'il ne reste rien pour eux sur ce continent maudit. Ils voguent vers le nord et rejoignent les côtes de l'île d'Endhelstein où ils s'installent. Les Elfes nordiques, traîtres à leur mère et frappés d'une malédiction pour leur rébellion, sont exilés de Sorhelm. Ils voient le départ des Premiers Hommes comme une opportunité de s'emparer du territoire. Ils s'installent dans le nord et fondent Ibenhelm.

1E 15 — Fondation du Tribunal. Quinze ans après la fin de la Guerre des Dieux, le roi elfe Valanar est écarté du pouvoir par trois membres de la noblesse elfique. On le dit laxiste envers les Elfes du nord dont certains groupuscules nomades tentent de revenir à Sorhelm. Une fois le roi écarté, on fonde le Tribunal, composé de trois Elfes austraux radicaux. Leur première action est de purger Sorhelm des Elfes du nord. Plusieurs périssent de la main du Tribunal, d'autres, réussissent à s'enfuir et retournent à une vie de nomadisme, d'autres encore, rejoignent Ibenhelm, ville de plus en plus florissante.

1E 450 — Le Retour des Hommes. Pendant quatre siècles et demi, les Hommes édifiaient villes et richesses sur l'île d'Endhelstein, prospéraient dans une culture bien à eux. Le surpeuplement de l'île et l'impossibilité de trouver des terres à travailler pousse les Hommes à reconsidérer Middholt, leur terre ancestrale. Sous la bannière de trois chefs militaires illustres, Syvar Clanfell, Hurdred Ebonhand et Dagon Snowhelm, un groupe de cinquante colons et une poignée de soldats débarquent sur les côtes de Middholt, à la hauteur de l'actuelle Forteresse Veuve. Ils y établissent un avant-poste et entreprennent de bâtir des maisons pour les colons. Une décennie sera nécessaire à établir des fondements solides pour les colons qui vivent de la chasse et de la pêche, à l'abri du regard des Elfes, eux-mêmes aux prises avec des problèmes politiques internes.

1E 512 — La Guerre des Fratricides. On appela la première guerre entre les Elfes nordiques et les Elfes austraux la Guerre des Fratricides en raison de leur lien filial. Le Tribunal, de plus en plus radical à l'égard des Elfes nordiques et de leur trahison, opère des purges sur les groupuscules nomades qui sévissent sur le continent. La royauté des Elfes du nord, désireuse de protéger ces groupes itinérants envoie un ultimatum au Tribunal, le sommant de cesser ses purges. Devant le refus de ce dernier, les Elfes nordiques se constituent une armée et marchent vers le sud. C'est lors d'un mouvement de troupes vers l'ouest que les Elfes du nord découvrent le village des Hommes, prospérant à l'ombre des montagnes. Déjà fort de quelques milliers d'habitants, la cité compte quelques centaines d'épées et autant de chevaux. Conscients de l'effet de surprise que des marins humains armés pourraient causer chez leur ennemi, les Elfes du nord, guidés par la reine Andalre, s'allient aux Hommes, leur promettant richesses et secrets militaires en échange de leur soutien militaire : ceux-ci acceptent. Marchant sur le sud, les Elfes du nord ouvrent un front et sont rapidement aidés par leurs alliés qui débarquent sur les côtes, créant un effet de surprise extraordinaire et ouvrant un front supplémentaire. Malgré l'avantage numérique en faveur des Elfes nordiques, les Elfes austraux réussissent à repousser leurs adversaires, mais l'effort les laisse amputés de plusieurs civils et les Hommes réussissent à capturer un membre du Tribunal. Ramené à Ibenhelm, le tribunat est exécuté pour ses crimes contre les Elfes du nord. Les années suivantes sont une succession de batailles à l'issue desquelles les deux camps perdent autant d'effectifs et peu de progrès est fait en territoire ennemi. La guerre se solde par un armistice à l'instigation des Elfes austraux qui trouvent irrationnel de perdre autant de soldats pour si peu de résultats : ils promettent de cesser de persécuter les Elfes nordiques et permettent à ceux-ci de vivre à Sorhelm s'ils renoncent à leurs droits politiques. Devant la saignée de leurs armées, les Hommes pressent leurs alliés d'accepter, ce qu'ils font, non sans réticence et rancœur.

1E 721 — Le Réveil des Dragons. Les premiers coups de pioche dans les mines de Solvkant réveillent une lueur menaçante, un brasier lointain qui incendie la roche et la liquéfie devant les yeux médusés des mineurs. Au crépuscule, les entrailles de la montagne grondent et se distordent, crachant flammes et flots de lave bouillante. S'extirpant de leur prison rocheuse, les Sept déchirent le ciel de leurs ailes noires, obscurcissant le jour, crachant feu et mort par les airs. Les forces d'Ibenhelm, peu nombreuses, s'élancent sur les remparts pour combattre les dragons, mais sans succès. La ville est rasée par les flammes, ses routes de pierre, liquéfiées par la chaleur, la coupant du monde et lui conférant son surnom de ville Veuve de Septentrion. Le Tribunal se réunit à Sorhelm en urgence, un plan de bataille est élaboré à la hâte et les armées restantes d'Ibenhelm, les forces vives de la ville Veuve et les légions elfiques du sud se massent dans les steppes d'Orkenenmyr, attendant l'offensive des dragons qui se fait attendre. Le roi elfique d'Ibenhelm, Nivenor, se rend sur l'île maudite de Daìnnkastal à la recherche de moyens pour anéantir les dragons. Lorsqu'il revient, trois semaines plus tard, il trouve aux portes de la citadelle des milliers de réfugiés humains ayant fuit les terres ravagées dans l'espoir de se murer derrière les remparts de la cité nordique. Déterminé à en terminer avec les envahisseurs, il se rend auprès du Tribunal à Sorhelm et expose aux tibunats les réponses qu'il a trouvées dans la forteresse maudite, ancien palais de Catharis.

Le Grand Sacrifice : Alors que les dragons occupent le ciel d'Ibenhelm, fauchant plusieurs vies, le roi elfique Nivenor se rend, avec ses trois fils, sur l'Île d'Alenefjell où trône le volcan endormi. Les flammes rougeoient lorsque ses fils se jettent dans le lac de feu, offrant leur vie en sacrifice pour le salut de Middholt, privant également le roi Nivenor d'une descendance. Des entrailles brûlantes du volcan solitaire émerge un arc, Blodgjeld (littéralement la Dette du Sang), seule arme capable de percer l'armure d'écaille des dragons. Décochées à partir de Blodgjeld, mêmes les flèches communes peuvent terrasser les dragons.

La Bataille des Trois : Au petit matin, les troupes du Tribunal se massent aux portes brûlées d'Ibenhelm. Les Sept fendent l'air et déchirent des vies par centaines, réduisant considérablement les légions déployées. Nivenor, à la tête de ses troupes, ordonne aux archers de se mettre en position alors que le dragon Kongedrage fond sur le roi elfique, lui déchirant l'abdomen de ses griffes acérées. Mais une flèche, décochée depuis la montagne l'atteint à la nuque, avant d'être suivie d'une salve de maintes flèches qui se fichent à travers sa gorge. Terrassé, le Seigneur dragon s'écrase sur la terre ferme, sa peau s'embrasant pour ne laisser briller au soleil de midi qu'un amoncellement d'os de nacre. La fille du roi elfique, Cyithrel, est celle qui manie Blodgjeld, le roi son père, ayant anticipé d'être la cible ultime des dragons. Quatre des sept dragons furent terrassés ce jour-là, les trois autres préférant fuir, leur silhouette noire progressivement avalée par les vestiges du jour. On ne revit jamais les dragons à Middholt, mais le souvenir du roi Nivenor et de son sacrifice, ainsi que celui de sa fille, la courageuse Cyithrel, demeurèrent dans le cœur des elfes pour devenir de véritables légendes, forçant les Hommes et les Elfes à mettre de côté leurs différends.

1E 721 — Fondation d'Ibenholt. La ville d'Ibenhelm n'étant que ruines, les Elfes du nord demandent à leurs alliés, les Hommes, de rejoindre les rangs de la cité afin de s'y établir et d'aider dans sa reconstruction. Ceux-ci acceptent, délaissant la terre frigide de la Forteresse veuve pour s'installer dans la cité nordique, où les richesses se font plus abondantes et les opportunités, plus avantageuses. La nouvelle ville prend le nom d'Ibenholt et s'ouvre une ère de collaboration entre Elfes et Hommes.

Deuxième Ère

2E 140 — La monarchie bicéphale. La paix ayant apporté aux puissances en place une période de prospérité sans précédent, les Elfes nordiques mettent en place de nombreuses réformes, notamment au niveau politique, instituant une monarchie bicéphale où cohabitent dynasties humaines et dynasties elfiques. La maison Ebonhand est appelée à régner avec la dynastie elfique, s'en suit d'une longue période de coopération entre les deux races, on marie même les descendants des Ebonhand à ceux des rois elfiques, mélangeant les sangs, un acte qui rapproche les deux races.

2E 200 — Fondation d'Askevale. Un groupe de colons décident de s'aventurer à l'Est. Dans les terres irriguées des cendres de l'Alenefjell, ils établissent un village qu'ils nomment Askevale (littéralement, Val des Cendres). Des explorateurs, chargés de cartographier la région découvrent le pont d'Alfeynheim et décident de le traverser vers l'île de Daìnnkastal. Jagar Blackmane, aventurier chevronné, mène une expédition vers le nord de l'île où il découvre la forteresse abandonnée. Il y pénètre et découvre dans la salle principale un trône rutilant et cinq statues, plus grandes que nature. Mais c'est une couronne abandonnée sur le trône qui attire son regard, il la subtilise et la rapporte à Askevale.

2E 201 — Le Réveil des Cinq Rois de Daìnnkastal. Un an après que la couronne de Daìnnkastal ait été rapportée à Daìnnkastal, une étrange maladie sévit sur Middholt. Les Hommes et les Elfes (d'ordinaire immunisés aux maladies) tombent par centaines, pris par le tombeau de façon prématurée. Des tempêtes dévastatrices ruinent les récoltes, les températures chutent sous le point de congélation même en été et la peur gagne rapidement les habitants du continent. Un soir, un cavalier tout de noir vêtu traverse le pont d'Alfeynheim, suivi de quatre autres qui massacrent les villageois établis près de la structure. Dévalant collines et vallées, les cavaliers n'apparaissent qu'à la nuit tombée, fauchant des douzaines de vie avant de disparaître jusqu'au matin. Devant ce fléau, les dirigeants d'Ibenholt, de Sorhelm et d'Askevale se réunissent dans les Ashlands pour discuter d'un plan. Encore une fois, il incombe aux Elfes d'aller chercher des réponses. Les membres du Tribunal se rendent à Daìnnkastal où il cherchent la forteresse abandonnée pour trouver des réponses. Dans les archives oubliées du palais, ils trouvent d'étranges écrits qui mentionnent les Cinq Rois maudits de Daìnnkastal, fils supposés de la déesse Catharis. L'absence des cinq statues dans la salle du trône alerte le Tribunal qui comprend que les Cinq Rois sont de retour sur Middholt. Mais ils ne trouvent pas les réponses à leurs questions, à savoir comment se débarrasser de ce fléau. Ils rapportent néanmoins les archives à Ibenholt, où elles sont entreposées dans le Scriptorium.

Les morts continuent de s'accumuler dans les charniers et les rois décident de mettre en commun toutes les armées de Middholt. Sur le champ de bataille, les troupes sont décimées par les rois maudits, d'une puissance inouïe. Le Tribunal est décimé, le roi elfique d'Ibenholt, éviscéré. Il incombe alors à Harkan Ebonhand, co-régnant d'Ibenholt, de mener l'assaut et de prendre les rênes de la guerre. Les armées elfiques en déroute, il décide de mener celle des Hommes vers Ibenholt où ils se terrent derrière les remparts, déterminés à mener le combat de façon défensive et à refaire leurs forces. Les Grands Scripteurs, gardiens des archives, travaillent jour et nuit afin de trouver un moyen de détruire les cavaliers. Pendant les semaines que dure le siège, deux des cavaliers s'emparent de Sorhelm et d'Askevale, amputés de leurs dirigeants et y instaurent une tyrannie sans merci. La population entière est réduite à l'esclavage par les sbires des cavaliers, des guerriers à la peau brûlée et aux yeux jaunes qu'on appelle les Krigere.

La réponse vient enfin : la couronne de Daìnnkastal rapportée à Askevale doit être détruite, jetée dans les flammes de l'Alenefjell. Mais la chose est loin d'être gagnée, puisque les cavaliers tiennent Askevale et la couronne. Toutes les forces restantes sont réunies, une conscription frappe les trois citadelles et, c'est avec une armée forte de dix milles hommes et femmes que Harkan se présente aux portes d'Askevale. La bataille est la plus meurtrière que connut Middholt : par milliers, des hommes et femmes périrent, elfes comme hommes, pour la sauvegarde de leur liberté. C'est grâce au concours d'un voleur de haute voltige, qu'on avait enfermé dans les cachots d'Ibenholt, que la couronne est rapportée à Harkan qui s'empresse de se rendre sur l'Alenefjell. Poursuivi par trois cavaliers, il est forcé de se jeter dans les flammes avec la couronne. Aussi rapidement qu'ils sont arrivés, les cavaliers regagnent la forteresse maudite de Daìnnkastal où ils disparaissent, ne laissant dans leur sillage qu'une terre désolée, mais libre de leur hégémonie.

2E 223 — Fondation des Sentinelles d'Alfeynheim.Après la dure épreuve que connut le continent, les citadelles commencent à se relever progressivement et à reconstruire. Désormais sous le règne du fils d'Harkan Ebonhand, Ibenholt prie la citadelle d'Askevale de construire une tour de garde près du pont d'Alfeynheim pour guetter l'arrivée des Cinq Rois maudits de Daìnnkastal ou de toute autre menace provenant de Daìnnkastal. Une immense tour est construire et les Sentinelles sont fondées, chargées de veiller à ce que personne ne traverse le pont. L'accès à celui-ci est interdit dans tous les royaumes et on réserve la peine de mort à ceux qui oseraient s'y aventurer.

2E 459 — Fondation de Hvittjell. Après une longue période de reconstruction et de paix consolidée entre les différents royaumes, la citadelle de Hvittjell est fondée dans le Val. Grande productrice céréalière, la ville prospère rapidement et se peuple à un rythme inégalé.

2E 673 — La Guerre d'Airain. Depuis la chute du Tribunal, les elfes austraux ont adopté un système monarchique, à l'instar des autres citadelles. Le roi Jalinor, roi audacieux qui permit la reconstruction rapide de Sorhelm, entreprend des démarches pour faire du commerce avec la citadelle de Hvittjell, mais le roi du Val refuse catégoriquement, connu pour sa haine des Elfes. Ulcéré, Jalinor décide de servir une leçon au roi du Val, l'humiliant en le provoquant en duel d'archerie, duel que l'Elfe remporte avec facilité. Mais cet affront ne reste pas impayé, puisque la guerre est aussitôt déclarée entre les deux puissances. Jalinor retourne à Sorhelm pour réunir ses armées afin de marcher sur Hvittjell. La guerre dure plusieurs années durant lesquelles les deux armées se déchirent. C'est la mort prématurée du roi de Hvittjell et l'accession au trône de son fils qui mettent fin aux affrontements. La paix est signée et une voie commerciale est établie entre les deux puissances. Hvittjell entreprend néanmoins la construction de quatre tours sensées constituer une ligne de défense supplémentaire à la ville qui est située sur une colline et moins bien défendue.

Troisième Ère

3E 410 — Fondation des Sycophantes. Rongé par la peur des complots contre sa personne, le roi dément d'Ibenholt, Reylan Ebonhand, met sur pied une guilde d'espions chargée de démasquer les traîtres et désamorcer les conjurations contre le roi. Surnommés sycophantes (délateurs) par le Grand Conseil, ils jouissent d'une très mauvaise réputation, dénonçant des innocents qui trouvent une mort atroce sur l'échafaud et le bûcher. Beaucoup de Sycophantes amassent des richesses faramineuses, profitant de la mort de grands nobles (souvent accusés injustement) pour se faire la main.

3E 459 — L'Autodafé. Le roi Reylan le Dément, dans un accès de folie et de paranoïa, oblige les Grands Scripteurs à mettre le feu aux archives royales, convaincu que le savoir qui y est contenu pourrait incriminer sa lignée et le faire démettre de ses fonctions. Alors que les archives de l'ère en cours sont amenées sur le parvis pour être brûlées, il s'interpose entre l'Intendant et fait irruption dans la Chambre du Conseil, afin de convaincre les conseillers de mettre fin à la lubie de Reylan. Raisonné par la Main d'alors, Thoric Snowhelm (qui meurt l'année suivante), le roi finit par ordonner la cessation de l'autodafé, mais les archives de l'année 3E 115 à 3E 458 ont été perdues, réduites à l'état de cendres par les flammes.

3E 462 — L'Immolation de Reylan Ebonhand. À la cinquante deuxième année de son règne, Reylan Ebonhand, dit le Dément, se donne la mort, s'immolant dans la salle du trône de Jernvugge. Faisant face à de nombreux complots contre sa personne (de la part de membres de son Grand Conseil ainsi que de sa propre famille), condamné à rester enfermé dans son château par des révoltes populaires contenues par les remparts de son palais et acculé au pied du mûr par les nombreux scandales qui entachent son règne, il met fin à ses jours, s'immolant sur un bûcher improvisé. Il laisse un fils comme seul descendant, mais la crainte du Grand conseil de le voir devenir dément lui aussi, l'écarte du pouvoir. On demande à la Main du roi, l'Elfe nordique Mankar de prendre le pouvoir et de redresser la situation dans le royaume. C'est le retour d'une dynastie elfique à la tête de la capitale nordique.

3E 519 — Fondation de Ravenhole. La maison Ravncrone décide de s'installer dans les falaises d'Okerkysten et Ravenhole est fondée. En quelques décennies, des maisons de pierre et une forteresse de roc sont érigés, la citadelle prospère et se développe rapidement.

Quatrième Ère

4E 387 — L'incendie d'Ibenholt. Une forge s'enflamme durant la nuit, incendiant tout le quartier des forges. Aux premières lueurs du jour, le quartier des chaumes s'enflamme aussi, jetant une centaine de familles à la rue. Le roi réclame de l'aide de la citadelle voisine, Askevale, qui dépêche une légion de sapeurs pour éteindre les flammes. À la fin de l'après midi, une averse, conjuguée aux efforts humains, permettent de mettre fin à l'incendie. Le bilan est lourd : cinquante personnes ont perdu la vie et mille personnes sont réduites à mendier dans les rues. Le roi Balinar, dans sa générosité, offre aux familles une importante compensation monétaire et un refuge provisoire dans les temples. Les quartiers en ruine sont reconstruits en entier, on en profite pour remplacer le bois brûlé par de la pierre.

4E 602 — Première conjuration des Sycophantes. La célèbre guilde d'assassins est impliquée dans le meurtre du roi elfique Aykanar, commandité par nul autre qu'un elfe renégat déchu par la dynastie régnante de Sorhelm et banni d'Ibenholt. Pourchassés sans relâche par toutes les citadelles de Middholt, les Sycophantes se retranchent dans leur sanctuaire secret, dans le Cimetière de Jaspe. Servant de diversion, le renégat, du nom d'Erenthil, est dénoncé par les Sycophantes (sous le couvert de l'anonymat) et arrêté à Askevale. Il est exécuté deux jours plus tard, condamné au supplice de la roue.

4E 617 — La Mort Noire. Une épidémie de Mort Noire éclate à Orkenenmyr. Une fièvre fulgurante accompagnée de migraines aiguës emportent une dizaine de millier de personnes à travers tout le royaume. La moitié de la lignée des Claymerie s'éteint sous les assauts du fléau. On suspecte les marins d'avoir emporté avec eux la maladie des Îles Brûlées, le commerce cesse durant un mois, portant un dur coup à l'économie des citadelles portuaires comme Askevale et Ibenholt.

4E 622 — Seconde Conjuration des Sycophantes. Après dix années de persécution et de clandestinité solitaire, les Sycophantes, persuadés d'être tous décimés dans un avenir proche, lancent une offensive éclatante sur les citadelles de Middholt. Alliés à un marchand de Qatal (une Cité-État des Îles Brûlées), qui invite les reines des cinq citadelles à une cérémonie somptueuse dans son Hôtel particulier de Ravenhole, les Sycophantes s'infiltrent au banquet et massacrent les reines ainsi que leurs suivantes et leurs gardes du corps, revendiquant une vengeance ardente pour une décennie de persécution. Fuyant avec leur complice pour les Terres Brûlées du sud, les derniers Sycophantes quittent Middholt sans leur chef, Laemar Morthal, qui demande une audience au roi d'Ibenholt afin de se vanter de ses crimes. Conscient de sa mort imminente, il se joue du roi et est enfermé dans les geôles de Jernvugge. Amené sur l'échafaud pour être pendu haut et court, il adresse un dernier discours teinté d'arrogance au peuple avant d'être pendu. La corde se rompt, on croit à une intervention divine. Mais après enquête, le roi comprend la supercherie : Laemar, désireux de marquer les esprits, a soudoyé le bourreau pour fragiliser la corde. Après une audience avec le roi, l'assassin est condamné au bûcher. En guise d'avertissement, sa carcasse calcinée est hissée sur un trône factice, lui-même placé sur l'échafaud, afin de rappeler le traitement qui échoit à ceux qui voudraient flouer le roi d'Ibenholt.

Cinquième Ère

5E 19 — Éruption de l'Alenefjell. Le volcan entre en éruption. Même si celles-ci étaient fréquentes, ce cataclysme d'une grande force déverse, durant deux semaines, des coulées de lave dans la mer tout en faisant pleuvoir sur Hvittjell et Askevale des averses importantes de cendres. Le pont d'Alfeynheim est lourdement endommagé par l'éruption et des travaux de reconstruction sont entrepris après la catastrophe.

5E 321 — L'Affaire du Poison. La reine elfique d'Ibenholt, Valenethys, est retrouvée morte dans sa chambre le matin de son anniversaire. Souveraine depuis dix ans, elle est aimée de ses sujets, mais s'attire l'opprobre des maisons les plus conservatrices, qui auraient préféré voir son frère cadet, Ethorn, prendre le pouvoir. Le décès de la souveraine crée une commotion parmi le Grand Conseil qui mène l'enquête sur les circonstances suspectes de sa mort prématurée.

5E 322 — La Guerre des Bans. L'empoisonnement de la Reine Valenethys déclenche un conflit sans merci entre les maisons siégeant au Grand Conseil, soit les Clanfell, les Ebonhand et les Dragonfall qui s'accusent mutuellement du crime. Ibenholt devient le siège d'un affrontement armé, la guerre fratricide se jetant dans les rues pour faire pleuvoir les corps sur les pavés. Les Clanfell, de loin la plus fortunée des maisons, font placarder des proscriptions sur les murs de la ville réclamant la tête des patriarches moyennant une faramineuse somme d'or pour chaque scalp rapporté dans leur Château de Fortrekke. La Semaine Rouge débute, deux mille citadins meurent, incluant les patriarches d'influentes familles vassales. Pour échapper aux purges, la maison Cladfell se soumet aux Clanfell, la maison Snowhelm rend les armes et accepte de quitter le Grand Conseil.
On ne sait toujours pas qui a commis le crime, même si certaines maisons suspectent les Clanfell d'avoir fait le coup.

Mais déjà s'effrite la paix durable instaurée entre les Hommes et les Elfes nordiques d'Ibenholt. Les tensions se font nombreuses et l'alliance des deux races s'effrite progressivement.

5E 930 — Rébellion d'Ibenholt. Une alliance entre la Main du Roi, Hulgard Ebonhand et le souverain de Ravenhole, Jorkell Ravncrone précipite la chute de la dynastie elfique d'Ibenholt. Les deux chefs de clan s'allient, conjuguent la force brute de leurs armées et s'allient aux Clanfell (qui agissent de l'intérieur, puisqu'ils contrôlent la Garde de la ville) afin de prendre le pouvoir. Lorsque les armées font leur entrée dans la ville, il est trop tard pour la riposte elfique. Des centaines d'Elfes sont massacrées dans les rues de la capitale et le roi Kalanar doit abjurer. Non contents de contrôler la ville, Hulgard et Jorkell exécutent le roi et s'emparent de la capitale. L'épouse de Kalanar, Meluria, fuit la ville et se réfugie à Sorhelm. Stationnées dans la cité, les troupes des Ravncrone, des Ebonhand et des Clanfell se reposent et se ravitaillent, alors que leur regard se tourne vers Askevale.

5E 930 — Bataille d'Askevale. Après quelques mois de consolidation du pouvoir à Ibenholt, Jorkell et Hulgard portent leurs convoitises vers Askevale. Possédant l'armée la plus nombreuse de tout Middholt, ils déferlent sur les remparts d'Askevale, mais la ville tient le coup. S'en suit un long siège qui durera des mois, mois durant lesquels seront affamés les habitants de la cité. Après une longue période d'attente, les portes s'ouvrent enfin. Et alors que Hareld Dragonfall, roi d'Askevale s'apprêtait à négocier les termes de sa reddition, les armées déferlent dans les rues, pillent et massacre sans compter, ignorant les supplications du roi qui se rend et souhaite défendre son peuple. La victoire de Jorkell et d'Hulgard est sans appel : la ville leur appartient.

Désireux de ramener richesses et trophées à Ibenholt, Hulgard et Jorkell obligent Hareld à négocier avec les Sentinelles des conditions d'accès au pont d'Alfeynheim et à Daìnnkastal. Celles-ci acceptent afin d'éviter d'autres sanglants conflits et Ibenholt obtient enfin l'accès aux ressources de l'île. C'est avec un tout nouveau trône et avec des masses astronomiques de platine qu'Hulgard revient à Ibenholt, se faisant couronner roi. Mais avare, le nouveau roi offre à son allié Jorkell quelques miettes et un pouvoir presque fantoche à Askevale, tournant le dos à son frère d'armes par cupidité. La trahison d'Hulgard ne restera pas impayée.

5E 931 — L'Usurpation du trône. Hulgard malade, Jorkell en profite pour le provoquer en duel. Avec facilité, le roi de Ravenhole parvient à tuer son opposant et s'empare du trône à son tour, faisant enfermer la princesse Jora, unique héritière d'Hulgard, dans ses appartements. S'ouvre une nouvelle ère de tensions entre les Citadelles et nul ne sait ce que l'avenir réserve à Middholt...

© Quantum Mechanics


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frostfall.forumactif.org
 

Annales de Middholt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Annales - Registre des maires de Vendôme
» Les Annales de la compagnie noire
» Annales - Registres des magistrats de Touraine
» Annales de Nami Yokka
» Giroud BU 81

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FROSTFALL :: Univers :: Univers du jeu :: Annexes-