La nouvelle version de Frostfall est arrivée ! Rendez-vous dans ce sujet pour en savoir plus.
Avis aux nobles, n'oubliez pas de recenser votre maison ici, si ce n'est déjà fait.
N'oubliez pas de voter pour Frostfall sur les top-sites une fois toutes les deux heures ! Plus on a de votes, plus on a de membres.

Partagez | .
 

 Jouer avec le feu est-il toujours synonyme de se brûler ? - Lumen Claymerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

L'Ombre Pourpre

avatar
L'Ombre Pourpre
Afficher
ARRIVÉE : 29/03/2014
MURMURES : 308



MessageSujet: Jouer avec le feu est-il toujours synonyme de se brûler ? - Lumen Claymerie   Dim 6 Juil - 20:15


"Her innocence is a lie.
Look at her and you're died
like the others "

Vex avait un penchant certains pour les femmes. Cela n’était pas nouveau et surtout ce n’était pas sur le point de changer. Plutôt belle, plutôt attirante, entreprenante ou réservée, cela n’avait pas d’importance. Il aimait simplement se les approprier et davantage encore si elle avait un caractère fort soit résistant soit dominant. Se satisfaire s’était déjà accompli par la soumission de ces dernières, le non respect de l’intimité, de l’intégrité et la destruction psychologique qu’il pouvait entraîner n’avait aucune implication. Les rapports néanmoins consentis étaient les plus réguliers et les plus pratiqués. Il n’y avait pas de raison particulière à cette désinvolture et ces débordements de consommation excessive de la gente féminine. Après tout, l’homme et la femme n’étaient-ils pas faits pour se rencontrer et pour se dévorer l’un l’autre jusqu’à ce que l’union ne soit plus possible ? A son sens, c’était la fatalité de leurs sexes et comme des animaux, ce besoin tout aussi important que le besoin nutritionnel ne devait pas servir uniquement à procréer mais aussi à se décharger de tension constante que la vie plaçait dans le corps de manière totalement fortuite. Ce genre de tension, il aimait l’évacuer et ne se privait nullement pour le faire quand il en avait envie, sans restriction ni morale. La décadence n’avait jamais été un frein à ses actes, la déchéance encore moins et les codes sociétaux bien loin dans ses pensées, voire totalement absent si on se voulait honnête. Il aimait vivre comme il l’entendait, comme il le voulait et profiter pleinement des femmes qui croisaient sa route. La hiérarchie n’avait aucune importance, qu’elle soit la reine, la princesse, la femme d’entretien ou la pute de passage, elles étaient pratiquement traitées à la même enseigne. Seul le langage différait quelque peu, mais nullement la sincérité et la véracité que traduisaient ses mots. Conquérant du pouvoir, il n’estimait néanmoins pas que le titre puisse apporter une supériorité réelle. Seul l’argent était l’intérêt premier de son ascendance dans la société et dans sa recherche de noblesse qu’il s’était octroyé à travers une histoire fictive et un lien professionnel avec le futur régent de leur monde. Il restait prudent quant à cette affirmation et jugeait très intelligent de fourrer son nez dans diverses histoires afin d’avoir des alliances possibles vers d’autres portes de sortie si celle qui était la principale actuellement se voyait dans le futur bouchée. Il n’avait aucun scrupule à agir dans le dos de ceux qui l’engageaient car tout était toujours une question de mots et de formulation. Il serait toujours au service de Lorkhan et respecterait ses désirs, mais jamais il ne lui avait interdit d’aller pactiser ailleurs. Bien sûr, cela était sous-entendu, mais il ne faisait rien de mal à parlementer avec autrui d’un camp différent. Sa fidélité allait au lus fort et surtout à lui-même. Les seuls pour qui il se donnait corps et âme étaient les sycophantes dont il était le leader bien connu. Mais outre ça, le monde évoluait et changeait trop vite pour qu’on campe sur ses positions. Cela n’assurait en rien la survie de la personne concernée. Les opportunités étaient partout et il préférait ne pas les louper.

C’était d’ailleurs pour cette raison que lorsqu’il entendit parler d’une femme qui n’était pas à son premier mari et qui arrivait en ville, sa curiosité fut réellement titillée et l’envie d’en savoir plus hautement prioritaire dans ses pensées. Pas qu’il n’avait d’autres tâches à accomplir, mensonge que cette modeste peinture de ses ouvrages. Mais une femme qui perdait régulièrement ses époux n’était pas quelqu’un sans intérêt. Soit elle était née sous une très mauvaise étoile, soit elle n’était pas innocente dans la disparition de ses prétendants. Le tout était de savoir quel était la réelle réponse, car si le penchant pour le meurtre était de mise, en tant que chef de Sycophante, il se devait d’approcher la cible pour jouer de sa disposition ou non à faire partie de la meute, tout d’abord, mais également à satisfaire quelques pulsions purement personnelles. Il aimait celles qui prétendaient avoir un répondant certain et que le côtoiement de ces dernières confirmait. Ainsi, les recherches avançant et les rapports énoncés de plus en plus alléchants, un nom vint sur le tapis qui accentua sa curiosité et son besoin réel de rencontrer le personnage : Claymerie. Ce n’était pas un nom que la mémoire oubliait facilement quand le personnage rencontré n’était nul autre que Greer Claymerie. Souvenir que Vex ne pouvait ignorer et dont l’apprentissage qui en était ressorti avait déjà pu lui servir par le passer. Cet homme avait autrefois été une cible faire partie des Sycophantes. Malheureusement, il avait refusé après avoir passé le rite et surtout montré son extrême intérêt pour la torture et la cruauté. L’assassin en chef n’avait pu que regretter cette perte dans leur rang et contrairement à d’autres, il était ressorti indemne de son refus d’appartenance. Face à une telle pointure, il était par conséquent peu aisé d’oublier un tel nom qui lui était associé. Aussi, se rendre compte de ce lien de parenté possible et des disparitions masculines qui entouraient cette demoiselle le poussait fortement à planifier très rapidement la rencontre. C’est ce qu’il fit sans se faire attendre, la faisant pister durant quelques temps afin de pouvoir mettre en place une rencontre qui se voulait en apparence fortuite. Il n’avait guère envie de se jeter dans la gueule du loup en avançant toutes les informations qui étaient siennes. Encore moins si elle faisait réellement partie de la famille de Greer et qu’elle avait certains penchants similaires.

Toujours est-il qu’informé comme il l’était et surtout observateur comme il pouvait l’être, le jour où il décida que la rencontre devait avoir lieu, il se permit sans difficultés de retrouver la concernée afin de pouvoir l’observer durant ses promenades dans la cité. Il avait envie de l’observer un temps avant de pouvoir aller à sa rencontre. Il ne chercha néanmoins pas à se cacher pleinement : passer pour un homme intéressé qui venait de trouver une fille avec qui il avait envie de discuter ne le dérangeait nullement. Ce dont il n’avait pas envie c’est qu’elle connaisse son identité pour le moment et qu’elle le voit simplement comme Mavrel Strider, noble ayant perdu toute sa famille et avec de l’argent qui coulait à flot, un héritage soi-disant. Après tout, le but était de pouvoir voir ce qu’elle allait faire de cette information et de tenter l’approche intime afin de découvrir plus profondément ses penchants réels. Mais une étape à la fois et la première consistait à l’approcher et entamer la conversation. Si elle était un tant soi peu intelligente et rusée comme Greer, il était certain qu’elle avait repéré sa présence même si elle n’en laissait rien paraître car sa filature était grossière et c’était réellement fait exprès. Ainsi, quand elle décida d’arrêter sa démarche pour apparemment regarder quelque chose qui avait interpellé son regard, il en profita pour feindre une bousculade et permettre ainsi un contact visuel et tactile. Aussitôt il se tourna vers elle et d’un sourire entama les excuses. « Veuillez m’excuser, j’étais pris dans mes pensées et je ne vous avais pas vue. » il la regarda et rapidement pu juger de sa jeunesse qui devait plaire à bien des hommes au niveau de ses traits si finement dessinés tandis qu’elle semblait aussi pure qu’une adolescente encore fragile. Elle ne devait avoir aucun mal à faire chavirer le cœur des âmes sensibles ou des poches fortunées. « Je n’ai entraîné aucun désagrément à votre encontre je l’espère… » ajouta-t-il avec un sourire doux mais un brin charmeur. Nier qu’elle était succulente serait un réel mensonge. Il n’était certes pas difficile de désirer un faciès et un corps comme le sien. Mais il se devait de la jouer avec innocence et surtout de manière si grossière qu’elle ne verrait en lui qu’un simple noble à dévorer , si telle était bien sa personnalité. « C’est étrange, j’ai l’impression de vous avoir déjà vue quelque part… Mais je peux tout à fait me tromper, je reconnais que vous pouvez prendre cette technique comme sujette à de la drague mal placée. » il sourit en coin bien que restant quand même loin de son caractère réel avant de demander « Puis-je peut-être vous aider d’une quelconque manière que ce soit pour vous dédommager du mal causé ? Vous étiez peut-être en route pour un endroit particulier ? je me ferais un plaisir d’être votre garde du corps le temps d’une marche…» Une intrusion gentillette et à la fois directe. A voir comment elle allait réagir.


Fragrance of Blood
Down ! Bloody knife ! O, down ! Why does thy red face frown ? Why slash thus in the air, as o’er a throat laid bare ? See, the red blood-drops fall, trickling adown the wall. Ha ! How they follow me, like a dark gory sea. No rest by day or night, blood blinds my very sight. My lips are steeped in gore ! No peace ! No ! Nevermore !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Jouer avec le feu est-il toujours synonyme de se brûler ? - Lumen Claymerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les doigts- PV La Reynie
» "Tu veux jouer avec moi ?" *Rire sadique de Chucky*
» Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
» A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.
» Ca t'amuse de jouer avec ma vie ? {PV Eros}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FROSTFALL :: Ibenholt :: Quartier des Potences-